Ecoutez Radio Sputnik
    Euromaïdan

    L'Occident incapable de résoudre le conflit en Ukraine

    © Sputnik. Andreï Stenine
    International
    URL courte
    Situation dans le Donbass (2016) (33)
    804864887

    Ces dernières semaines, la crise ukrainienne revient progressivement au premier plan et ce sujet n'échappe bien évidemment pas aux médias.

    La "tragédie ukrainienne" est, depuis son commencement, la faute des pays occidentaux, écrit Christopher Booker dans sa tribune pour The Telegraph.

    "La seule et unique raison de la tragédie qui a éclaté en Ukraine durant l'hiver 2013-2014, déchirant ce pays en morceaux, est l'arrogante aspiration de l'Union européenne, soutenue par les Etats-Unis, d'inclure l'Ukraine au sein de son empire qui s'élargit constamment", indique l'auteur.

    En raison de cette aspiration, l'Occident "était heureux" de voir que le président légitime pro-russe Victor Ianoukovitch avait été renversé et qu'un gouvernement non élu mais proche de l'UE et des Etats-Unis arrivait au pouvoir. Or, les pays occidentaux n'ont pas tenu compte de toutes les conséquences de ces événements, pointe l'auteur dans sa tribune.

    Il fallait s'attendre à ce que les russophones de Crimée et de l'est de l'Ukraine préfèrent leurs ex-compatriotes à une "étrange forme de gestion" de Bruxelles qui leur est complètement étrangère, est-il indiqué.

    "La réaction occidentale a été pure folie lorsque le secrétaire d'Etat américain John Kerry a qualifié le référendum populaire en Crimée d'"acte d'agression inouïe", lorsque le prince Charles a comparé le président Poutine à Hitler, lorsque la caricaturale chef de la diplomatie européenne de l'époque (Catherine) Ashton était saluée à Kiev par une foule de 200.000 personnes scandant +Europe, Europe+ dont beaucoup étaient financées par Bruxelles", note-il.

    Ainsi, après près de trois ans de guerre civile, les leaders occidentaux sont dans "l'humiliante incapacité" de savoir comment s'y prendre avec le désordre dont ils sont de loin les premiers coupables, a conclu  M.Booker.

    Dossier:
    Situation dans le Donbass (2016) (33)

    Lire aussi:

    Pour le premier président de l’Ukraine, la Crimée est russe
    Une nouvelle menace pèse sur la sécurité de l’Ukraine…
    Le Pentagone appelle l'Ukraine à ne pas chercher de licornes à ses frontières
    Quant à l'Ukraine, l'"Occident doit abandonner la politique de patronage"
    Tags:
    tragédie, guerre civile, crise, ingérence, Union européenne (UE), Catherine Ashton, prince Charles de Galles, John Kerry, Viktor Ianoukovitch, Crimée, Donbass, Europe, Ukraine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik