Ecoutez Radio Sputnik
    Poutine promet d’offrir une glace russe au président chinois

    Poutine promet d’offrir une glace russe au président chinois

    © AP Photo/ ITAR-TASS
    International
    URL courte
    234446581

    Des failles dans le commerce bilatéral empêchent le Chine d'importer certains produits russes, notamment… de la crème glacée.

    Le président russe Vladimir Poutine s'étonne que les entrepreneurs chinois ne puissent pas importer des glaces russes dans leur pays, rapportent les médias russes.

    Lors d'une rencontre entre le président russe et des investisseurs asiatiques intéressés par la région de l'Extrême Orient, un businessman chinois s'est plaint de l'interdiction d’exporter de la crème glacée russe, très populaire en Chine.

    "Vous m'avez étonné en évoquant cette interdiction. Comme s'il s'agissait d'un patrimoine national ou de notre valeur culturelle. C'est la première fois que j'en entends parler. Désormais, en me rendant en Chine, j'apporterai de la glace en tant que cadeau spécial pour le président Xi Jinping (président de la république populaire de Chine, ndlr)", a déclaré le chef d'Etat.

    L'entrepreneur chinois a cité le problème de glace afin de mettre en relief la nécessité de créer, notamment dans la région d'Amour, des zones transfrontalières où pourraient se concentrer les petites entreprises des deux pays.

    Le président a salué cette proposition.

    "En ce qui concerne les zones transfrontalières, c'est une idée intéressante, il faut certainement y réfléchir", a-t-il conclu.

    Vladimir Poutine se trouve actuellement à Vladivostok où il participe au Forum économique oriental qui se déroule les 2 et 3 septembre.


    Lire aussi:

    Poutine affiche un sourire impénétrable … et attend
    Poutine a une poigne de tigre, on ne plaisante pas avec lui
    Situation en Crimée: Porochenko veut discuter avec Poutine
    Tags:
    zones transfrontières, crème glacée, petites entreprises, Forum économique oriental (2-3 septembre 2016), Xi Jinping, Vladimir Poutine, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik