International
URL courte
1347516
S'abonner

Dans un message de solidarité aux Etats-Unis, le président français François Hollande, dont le pays est confronté aux attaques des djihadistes, a rendu hommage aux victimes des attentats du 11 septembre 2001, tout en estimant que la riposte américaine n'avait fait qu'augmenter la menace terroriste.

Les conséquences de l'invasion américaine en Irak ont-elles provoqué les attentats en France? Voici François Hollande comme nous ne l'avons jamais vu. Ni entendu!

La commémoration des événements tragiques survenus aux Etats-Unis le 11 septembre 2011 a été l'occasion de revenir sur la lutte antiterroriste en France pour le président français.

Dans un message publié ce dimanche sur Facebook, M.Hollande a rendu hommage aux "vies ensevelies" et aux "destins brisés" du 11 septembre, à l'occasion du quinzième anniversaire des attaques terroristes sur le sol américain.

"Oui, ce jour-là, nous étions tous Américains", a affirmé le président français.

Le chef d'Etat a néanmoins poursuivi son message par une critique ferme de la riposte de l'administration américaine en Irak, notamment l'invasion des Etats-Unis dans ce pays.

"Les réponses que l'administration américaine a apportées à ces attaques planifiées de l'intérieur et exécutées de façon méthodique, loin d'éradiquer la menace, l'ont élargie à un plus vaste espace. Et notamment en Irak", a martelé François Hollande.

Selon le président, bien que la France ait refusé légitimement de se joindre à l'intervention en Irak, et l'ait même condamnée, "elle n'en a pas moins été victime des conséquences du chaos qu'elle a engendré".

Les remarques du président français ont été considérées comme une référence à la montée du groupe Etat islamique (EI) qui a été formé à partir d'Al-Qaïda en Irak. Déclarée cible principale, la France a été victime de plusieurs attaques terroristes perpétrées par l'EI, notamment en novembre 2015 et en juillet 2016.

La France a riposté à l'attentat du 13 novembre 2015 par des bombardements sur les sites de l'EI en Syrie et en Irak. Après l'attaque au camion de Nice le 14 juillet dernier, le président de la République a promis d'intensifier les raids aériens français au Proche-Orient.

"Le 11 septembre, avec ses vies ensevelies, ses destins brisés et ses familles endeuillées, revient chaque fois qu'un attentat sanglant se produit dans le monde. Comme une répétition du malheur. Comme une reproduction de l'horreur. Comme une réplique de la terreur", a conclu le président français.

Lire aussi:

Les théories du complot autour du 11 septembre sont-elles fondées?
Quinze ans après, le monde commémore les victimes du 11 septembre
Aux USA, les victimes du 11 septembre autorisées à attaquer Riyad en justice
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Tags:
déclaration, hommage, accusations, Al-Qaïda, Etat islamique, François Hollande, France, Irak, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook