Ecoutez Radio Sputnik
    Alep

    «La paix en Syrie n'est possible que par la négociation entre les grandes puissances»

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)
    23276
    S'abonner

    La fin de la guerre en Syrie n'est pas pour demain. Si presque rien n'ait changé depuis le début de l'opération russe en Syrie l'année dernière, l'intervention russe a tout de même renforcé la lutte contre le terrorisme, estime le parlementaire allemand Andrej Hunko.

    « Die Linke est un parti antimilitariste », explique à Sputnik Andrej Hunko, député allemand et membre du parti de gauche Die Linke.

    L'opération russe en Syrie n'est pas, elle, contraire au droit international à la différence des opérations menées par les troupes occidentales présentes sur le sol syrien, parce que c'est le président Assad qui a demandé à Moscou de lui apporter un soutien dans la lutte contre le terrorisme, estime M. Hunko.

    Selon lui, la paix en Syrie ne peut se réaliser que par la négociation entre les grandes puissances.

    « La Russie doit faire partie d'une solution pacifique. Il faut un accord entre les États-Unis, la Russie et les puissances régionales: la Turquie, l'Iran et l'Arabie saoudite », a déclaré le député allemand.

    Quant au président Bachar el-Assad, il est nécessaire de développer l'avenir de la Syrie, où M. el-Assad jouera au moins un rôle de transition.

    En outre, poursuit-il, on pourra parvenir à un accord si l'Occident le veut. Mais l'Occident en a-t-il la volonté? M. Hunko en doute en raison des livraisons d'armes allemandes à l'Arabie saoudite et des livraisons d'armes américaines au Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra).

    Wolfgang Gehrke, journaliste au Die Linke, a également commenté pour Sputnik le conflit syrien et les livraisons présumées d'armes américaines à al-Nosra.

    « J'ai toujours eu l'impression que par la Turquie, par les États-Unis, par l'Arabie saoudite et par le Qatar, l'EI, al-Nosra et d'autres organisations islamistes recevaient de l'argent afin d'acheter des armes », a indiqué M.Gehrke.

    Dossier:
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)

    Lire aussi:

    La France durcit le ton sur la Syrie… à contre-emploi?
    L'Otan entre en jeu: l'Alliance va envoyer ses avions-radars AWACS en Syrie
    La Turquie n'a pas coordonné son opération en Syrie avec la Russie et l'Iran
    Les USA souhaitent se retirer de l’accord sur la Syrie? Pour Lavrov, c’est non!
    Tags:
    paix, Die Linke, Wolfgang Gehrcke, Andrej Hunko, Arabie Saoudite, Turquie, Syrie, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik