Ecoutez Radio Sputnik
    Le président sortant des Etats-Unis Barack Obama

    Obama reconnaît le rôle des États-Unis dans l’apparition de l’EI et met en garde Trump

    © AFP 2018 Saul Loeb
    International
    URL courte
    808118

    Barack Obama a reconnu que son pays était impliqué dans l'apparition du groupe État islamique. Cette idée a déjà été énoncée par le président syrien Bachar el-Assad et d'autres hommes politiques, y compris le successeur d'Obama Donald Trump.

    Le président sortant des États-Unis Barack Obama estime que dans la lutte contre le groupe terroriste État islamique, les autorités américaines n’ont pas répété les erreurs commises en 2003 lors de l’invasion de l’Irak.

    « Quand nous avons réfléchi à notre réponse (aux actions de l'EI, ndlr), nous avons refusé de répéter certaines erreurs commises lors de l'invasion de 2003 (de l'Irak par l'armée américaine) qui avaient contribué à donner naissance à l'organisation devenue État islamique », a déclaré Barack Obama dans son discours sur la lutte contre le terrorisme prononcé mardi 6 décembre en Floride et dont le texte intégral a été publié sur le site de la Maison Blanche Medium.com.

    M. Obama a expliqué qu'au lieu de recourir à leurs propres forces dans la lutte contre Daech, les États-Unis ont mis l'accent sur le soutien des formations locales et ont créé une coalition internationale réunissant environ 70 pays.

    En résultat, plus de 16 000 raids aériens ont été menés contre les terroristes, ces derniers ont perdu plus de la moitié des territoires contrôlés, leur moral est en berne et la population locale leur tourne le dos.

    Barack Obama constate que les terroristes affirment combattre au nom de l'islam, tout en appelant à ne pas assimiler la lutte contre le terrorisme à la lutte contre une religion concrète.

    « Si nous agissons comme si c'était une guerre entre les États-Unis et l'islam, non seulement nous allons perdre davantage d'Américains dans des attaques terroristes, mais aussi nous perdrons de vue les principes que nous prétendons défendre », a-t-il signalé en s'adressant apparemment au président élu Donald Trump qui entrera en fonction en janvier 2017.

    Obama reconnaît le rôle des États-Unis dans l’apparition de l’EI et met en garde Trump
    © Sputnik.
    Obama reconnaît le rôle des États-Unis dans l’apparition de l’EI et met en garde Trump

    Rappelons, au passage, que lors de sa campagne électorale, Donald Trump s'en est pris violemment aux musulmans et que les attaques xénophobes se sont multipliées au lendemain de sa victoire électorale.

    Il est à noter que précédemment, Donald Trump avait plusieurs fois accusé Barack Obama d'avoir créé Daech.

    « Daech tient en estime Obama. Celui-ci est le fondateur de Daech. Il a créé Daech », a-t-il déclaré, ajoutant que l'ex-secrétaire d'État Hillary Clinton était sa cofondatrice.

    Mme Clinton, pour sa part, a qualifié Donald Trump de « meilleur recruteur de Daech » suite à ses propos sur l'intention d'interdire aux musulmans l'entrée des États-Unis.

    En octobre, le président syrien Bachar el-Assad a signalé dans une interview accordée au quotidien russe Komsomolskaïa pravda que « Daech avait été créé en Irak sous la supervision américaine » et que « les Américains avaient joué un rôle, direct ou indirect, dans la création de Daech ».

    Il y a deux ans, en novembre 2014, le parlementaire russe Alekseï Pouchkov a accusé les États-Unis de connivence dans la création de Daech.

    « Daech n'est pas issu du néant, il est le résultat de l'activité consciente et finalisée de plusieurs États du Golfe, complices des États-Unis, et des États-Unis eux-mêmes, qui ont financé tous ceux qui étaient animés par l'idée de renverser Bachar el-Assad », a déclaré le parlementaire russe.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le raid US, une "agression" qui atteste le soutien de Daech par les Etats-Unis
    Assange: «Daech et la Fondation Clinton financées depuis une même source» (Vidéo)
    La coalition anti-Daech doit s'attendre au pire à Mossoul
    Tags:
    complicité, Etat islamique, Donald Trump, Hillary Clinton, Bachar el-Assad, Alexeï Pouchkov, Barack Obama, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik