Ecoutez Radio Sputnik
    Otan

    Bruits de bottes à l’Est: des Européens disent non à l’Otan

    © AFP 2017 JOHN THYS
    International
    URL courte
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (295)
    2031502842113

    Plus de 4.000 soldats US et 900 wagons de matériel militaire se dirigent vers l’Europe de l’Est pour contrer une «menace russe» fantôme. De leur côté, de nombreux Européens, agacés par ces bruits de bottes, veulent vivre en paix avec la Russie et se révoltent contre cette présence un peu trop voyante de l’oncle Sam.

    Oyez braves gens  ! Le premier groupe de militaires américains est arrivé en Pologne pour «  protéger les Européens contre la Russie  »  ! Au total, plus de 4  000  soldats US avec leurs impressionnants armements devraient être déployés en Europe de l'Est.

    Les militaires eux-mêmes qualifient leur présence d'«  événement historique  montrant la détermination des Etats-Unis à aider leurs amis.  »

    L'arrivée du contingent américain est en effet «  historique  » à au moins un titre  : c'est le déploiement de troupes US en Europe le plus massif depuis la fin de la guerre froide, une provocation non dissimulée alors que la Russie ne cesse de répéter qu'il est dangereux de déstabiliser l'équilibre des forces sur le continent. En outre, de nombreux Européens n'ont aucune envie que l'on les «  protège  » de la sorte.

    «  Tout cela ne fait qu'aggraver la situation. Il faut résoudre les problèmes de manière pacifique et non pas à l'aide des armes. Il est nécessaire de montrer que nous ne voulons pas que le matériel militaire roule sur notre ville  !  », s'indignent des Allemands cités par la radio fédérale Radio Bremen TV.

    La première partie du matériel militaire américain destinée à équiper une brigade de chars est arrivée dans le port allemand de Bremerhaven, dans le Land de Brême. Le tout sera ensuite déployé en Pologne et dans les pays baltes. Le matériel sera notamment transféré dans un train de 900 wagons long de 15 kilomètres. 

    «  C'est une démarche purement politique. Une unité de 4  000 personnes n'exerce aucune influence réelle sur le rapport  des forces.  Il est clair qu'ils avaient besoin d'inventer un ennemi sous la forme de la soi-disant  menace russe et cherchent actuellement à lui faire face  », estime Viktor  Mourakhovski, rédacteur en chef du journal Arsenal  de la patrie.

    D'ailleurs, l'Otan ne cache même plus que cette  démonstration de force vise précisément à contrer la Russie. Outre la russophobie traditionnelle de la Pologne et des pays Baltes qui sert de prétexte, un nouvel argument est venu se greffer sur l'affaire  : les Russes sont omniprésents, ils contrôlent Internet et ont fait élire le président américain.

    Le leader américain sortant Barack Obama s'est empressé d'envoyer ses troupes dans la région car Donald Trump, qui entrera en fonction le 20 janvier, ne souffre pas de phobie antirusse congénitale et ne croit pas que les USA soient obligés de satisfaire tous les caprices de leurs alliés d'Europe de l'est au sein de l'Otan.

    «  L'Otan explique qu'il s'agit des mesures purement défensives. (…) Les chars n'ont jamais apporté la paix. Au contraire, ce déploiement de troupes de grande envergure risque de détériorer la situation et ressemble à une provocation  », prévient Christian Goerke, député de la Gauche allemande cité par le New York Times.

    Bien que les autorités polonaises et des pays Baltes se sentent rassurées lorsqu'elles croisent des chars dans la rue, il semblerait que le reste des Européens soient loin de partager cet avis…

    Qu'importe, personne n'est jamais venu leur demander ce qu'ils en pensaient  !

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Renforcement de la présence de l'Otan en Europe (295)

    Lire aussi:

    L'Otan ne voit pas de menace russe, mais triple ses effectifs
    L'Otan mène un exercice "top secret" en Europe
    La «menace russe», prétexte pour justifier la hausse des dépenses du Pentagone
    Tags:
    militaires, agression russe, OTAN, pays baltes, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik