International
URL courte
25488
S'abonner

Les responsables russes engagés dans le règlement du conflit en Syrie ont organisé une rencontre entre les Kurdes et le gouvernement syrien pour leur permettre de discuter de la fédéralisation du territoire kurde.

Grâce à la médiation de Moscou entre Damas et les Kurdes, un groupe d'hommes politiques kurdes s'est rendu hier à Damas pour débattre d'une des questions des plus complexes du règlement du conflit syrien: l'autonomie de la région kurde.

« Nous avons décidé de participer aux négociations parce que la Russie s'est portée garante », indique à Sputnik Ferid Sedun, homme politique kurde. « La Russie est capable d'influencer le gouvernement syrien. »

L'objectif de cette rencontre, explique M. Sedun, est d'obtenir une avancée sur la question de fédéralisation et de préparer le terrain pour les négociations ultérieures avec la participation des représentants du Parti de l'union démocratique (PYD), principal parti kurde en Syrie, et le Conseil national kurde, organisation politique opposée à Bachar-al-Assad.

« Les autorités syriennes se disent opposées à la perspective d'accorder au peuple kurde certains droits », poursuit-il. « Pourtant, la Russie leur dit "Formulez vos souhaits et nous en discuterons avec le gouvernement syrien. Si Damas vous propose l'autonomie, acceptez-la. Dans les conditions actuelles, le statut d'autonomie est une bonne possibilité." »

Selon M. Sedun, la résolution du problème kurde « allégera la charge qui pèse sur le gouvernement syrien. De ce fait, la Russie cherche à trouver une solution à cette question. » 

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La Russie dans le rôle de médiateur entre les partis kurdes en Syrie
Des Kurdes manifestent à Paris en commémoration des trois militantes tuées en 2013
La Turquie menace de fermer la base d’Incirlik à la coalition anti-Daech
Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Tags:
fédéralisation, Kurdes, Parti de l'Union démocratique (PYD) kurde syrien, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook