Ecoutez Radio Sputnik
    Rome

    La Russie est un as dans la manche de l'Italie

    CC BY 2.0 / Wenjie, Zhang | A Certain Slant of Light / Rome Skyline
    International
    URL courte
    12564
    S'abonner

    L’Italie envisage sérieusement la possibilité de faire revenir la Russie au G7 au sommet de Taormina, en dépit du fait que tous les pays de l'UE n’approuvent pas une telle initiative.

    Les relations avec Moscou ont provoqué de vives discussions internes dans les cercles dirigeants aux États-Unis et en Europe. En outre, pour l'Italie, la Russie pourrait devenir un as géopolitique dans sa manche.

    Paolo Gentiloni
    © REUTERS / Axel Schmidt

    En tant qu'intermédiaire entre l'UE et la Russie, Rome peut gagner du respect sur la scène internationale, a estimé à Sputnik Italia Tiberio Graziani, président de l'Institut des études géopolitiques et des sciences auxiliaires (ISAG), rédacteur en chef de la revue Geopolitica.

    Il a expliqué que les déclarations récentes du ministre italien des Affaires étrangères Angelino Alfano sur la nécessité de faire revenir la Russie au G7 prouvaient les liens bilatéraux étroits entre l'Italie et la Russie.

    « Aujourd'hui, l'Italie appelle à faire un pas pour la levée des sanctions antirusses. Je crois qu'il faut d'abord entamer des négociations », a exprimé M. Graziani.

    Toutefois, il a noté qu'aux États-Unis et dans l'Union européenne, il y avait beaucoup d'adversaires à amélioration des relations avec la Russie.

    « Dans l'UE, il y a maintenant beaucoup de groupes politiques qui sont opposés à la levée des sanctions. Cependant, je suis sûr que si l'Italie continue de soutenir l'idée de la coopération avec la Russie, à l'avenir, nous pourrons restaurer l'équilibre dans les relations entre la Russie et l'UE », a constaté le politologue italien.

    L'expert a expliqué que la situation avec les sanctions était en fait très compliquée, et que personne ne pouvait lever immédiatement les sanctions à lui tout seul, Donald Trump aux États-Unis ou l'Italie dans l'UE.

    « C'est assez compliqué, parce qu'aux États-Unis et dans l'UE, il y a des factions qui sont opposées à l'administration de M. Trump et à la Russie. Il faut le prendre en compte et il ne faut pas attendre la levée immédiate des sanctions, mais je crois toujours que le bon sens prévaudra et que les parties s'assiéront à la table des négociations », a fait savoir M. Graziani.

    Cependant, il a noté que l'Italie pourrait devenir une sorte de plate-forme de négociations pour normaliser les relations avec la Russie.

    « En 2017, l'Italie devrait devenir une plate-forme de réunions internationales de haut niveau, car la normalisation des relations avec la Russie sera bénéfique pour Rome et pour Moscou. En outre, cette initiative permettra d'élever le prestige international de l'Italie », a conclu l'expert italien.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    La Hongrie plus hostile que jamais aux sanctions antirusses
    Sanctions: Moscou suggère de prendre exemple sur François Fillon
    Les sanctions antirusses ont réuni l’Europe. Vraiment, M. Kerry?
    Trump évoque une possible levée des sanctions antirusses
    Tags:
    sanctions antirusses, levée des sanctions, G7, Union européenne (UE), Rome, Italie, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik