Ecoutez Radio Sputnik
    «Armée de hooligans russes» : la BBC cherche à ternir à nouveau l’image de la Russie

    Quand la BBC fait campagne contre le Mondial de foot en Russie

    © Sputnik . Alexey Kudenko
    International
    URL courte
    171029
    S'abonner

    « Les auteurs de la chaîne de télévision financée par le gouvernement britannique (…) ont déployé un maximum d’efforts et de moyens afin de discréditer la Russie et la prochaine Coupe du Monde », a tonné l’ambassade de Russie au Royaume-Uni, commentant un film de la BBC2 sur des supporters russes.

    Selon l'ambassade russe au Royaume-Uni, le film diffusé ce jeudi sur la chaîne de télévision britannique BBC2 « Armée de hooligans russes » a pour but de ternir l'image de la Russie aux yeux de la communauté internationale.

    Les diplomates russes ont été notamment choqués après avoir vu le documentaire relatant les menaces de hooligans russes contre des fans étrangers, lors du Mondial qui se déroulera en Russie l'année prochaine.

    « On a l'impression que l'objectif du film est de semer dans la société britannique la peur pour la sécurité des fans qui voudraient aller en Russie, afin de les décourager d'entreprendre le voyage », a tonné l'ambassade de Russie au Royaume-Uni dans un communiqué.

    Les services de l'ambassade ont également ajouté que les auteurs du film se basaient uniquement sur les affrontements à Marseille, lors de l'Euro 2016, ainsi que sur les tournages de supporters russes marginaux.

    « (…)Dans ce reportage, les auteurs de la chaîne de télévision financée par le gouvernement britannique ont soigneusement sélectionné des faits et ont déployé un maximum d'efforts et de moyens afin de discréditer la Russie et la prochaine Coupe du Monde », a déclaré l'ambassade.

    L'ambassade a également mis l'accent sur les exemples d'une « campagne similaire » menée avant les Jeux olympiques de Sotchi. Les forces de l'ordre russes attachent toutefois une importance capitale à la sécurité.

    « Les éléments marginaux enclins à la violence existent dans toutes les sociétés. À ce sujet, il n'y a pas d'exception, comme le montre l'expérience des championnats européens. Les questions de sécurité ont une importance primordiale en Russie », a-t-il conclu.

    Hier soir, la chaîne de télévision britannique BBC2 a diffusé un documentaire intitulé « Armée de hooligans de la Russie ». Le sujet n'était pas compliqué: les Russes envisageraient de se venger des affrontements à Marseille avec les Britanniques lors de l'Euro 2016.

    Gianni Infantino, président de la Fédération internationale de football (FIFA) avait auparavant évoqué le problème du hooliganisme et des menaces qui planent sur l'édition 2018 de la Coupe du monde en Russie, déclarant avoir pleinement confiance dans les autorités russes.

    Le journal britannique The Guardian a notamment publié un article affirmant que les fans russes se proposaient d'organiser un « festival de violence » lors du Mondial 2018 en Russie. Le média a même cité l'ancien leader des supporters de l'équipe de football du Spartak Moscou, Vassili Stepanov, ce dernier a pourtant démenti avoir menacé d'organiser des troubles. Il a au contraire promis à tous ceux qui viendront en Russie un accueil chaleureux de la part des fans russes. Ses propos reproduits dans la publication du Guardian étaient ainsi sortis de leur contexte.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Les villes russes qui accueilleront le Mondial 2018
    Euro 2016: un supporter russe portera plainte contre les journaux britanniques
    Euro 2016: les supporters russes partis, les incidents se poursuivent
    Tags:
    cinéma, hooligans, sport, football, Mondial 2018, BBC, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik