Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin de Moscou

    Moscou appelle Washington à évaluer plus précisément l'attaque sur l’OSCE en Ukraine

    © Sputnik . Evgeny Biyatov
    International
    URL courte
    62783
    S'abonner

    Le porte-parole du Kremlin a indiqué que les observateurs de l'OSCE avaient eux-mêmes constaté à maintes reprises que c’était l’armée ukrainienne qui avait lancé les hostilités, soulignant que la Maison Blanche devait être plus attentive avant de faire des déclarations officielles.

    Dmitri Peskov, le porte-parole du président russe, a exhorté Washington à étudier plus attentivement la situation dans l'est de l'Ukraine avant de se lancer dans des allégations. En particulier, il a mentionné l'attaque contre la mission de l'OSCE (l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

    « Nous croyons qu'il faut être plus prudent en évaluant la situation, en particulier quand il s'agit d'identifier la source des provocations », a déclaré M. Peskov, qui commentait l'appel des États-Unis, adressé aussi à la Russie, à assurer le travail de l'OSCE dans le sud-est de l'Ukraine.

    Le porte-parole russe a rappelé que les représentants de la mission avaient constaté à plusieurs reprises que c'étaient les troupes de l'armée ukrainienne qui avaient initié des hostilités.

    « Par conséquent, tout ce que nous pouvons faire, c'est de répéter pour la énième fois que la Russie n'est impliquée d'aucune façon dans ce conflit », a souligné M. Peskov.

    Plus tôt, le département d'État américain avait déclaré que Washington condamnait l'attaque contre la mission de l'OSCE en Ukraine et avait accusé la milice des républiques auto-proclamées de Donetsk et de Louhansk (RPD et RPL) de non-respect du cessez-le- feu.

    Depuis le 29 janvier, la situation sur la ligne de front dans le Donbass s'est aggravée. Les parties en conflit s'accusent mutuellement d'intensifier le pilonnage et de tenter d'effectuer une offensive sur la ligne de front à proximité de Donetsk.

    Ainsi, Kiev a récemment déployé des chars dans la ville d'Avdeïevka, à six kilomètres de Donetsk, foulant aux pieds les Accords de Minsk imposant le retrait des armements lourds de la ligne de démarcation. Début février, Kiev a reconnu que les militaires ukrainiens menaient une offensive dans le Donbass. Les habitants de plusieurs villes et villages de la République populaire autoproclamée de Donetsk, notamment Iassinovataïa et Avdeïevka, ont été privés d'électricité et de chauffage pendant plusieurs jours.

    Le 8 février, les autorités de la RPD ont soumis à l'OSCE un projet de trêve visant à normaliser la situation le long de la ligne de front dans le Donbass. Le document en cinq articles exige d'instaurer un « cessez-le-feu immédiat et complet », d'éloigner les armements interdits et de permettre l'accès de la mission d'observation de l'OSCE.

    En avril 2014, les autorités ukrainiennes ont lancé une opération militaire contre les deux républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Le conflit a déjà coûté la vie à plus de 10 000 personnes, selon l'OSCE.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le Donbass refuse de livrer du charbon à l’Ukraine si le blocus ferroviaire est maintenu
    Aucun Tatar de Crimée n’accepterait de vivre en Ukraine, selon un sondage
    Nadejda Savtchenko accusée d’appels à un coup d’État en Ukraine
    Démographie, la «mort lente» de l’Ukraine
    Tags:
    conflit ukrainien, Kremlin de Moscou, OSCE, Dmitri Peskov, Donbass, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik