Ecoutez Radio Sputnik
    Les conséquences des frappes aériennes US contre la base militaire Shayrat en Syrie

    Frappes US en Syrie: «Un coup dur pour les négociations à Genève»

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    2142
    S'abonner

    Les frappes américaines contre une base syrienne constituent «un coup dur pour les négociations à Genève et sont capables de détruire un équilibre fragile en Syrie», a déclaré à Sputnik l’ex-ambassadeur turc aux États-Unis, qualifiant cet acte du gouvernement US d’«agressif».

    La frappe de missiles américains visant la base aérienne de Shayrat, dans la région d'Homs (ouest de la Syrie) a suscité de vives réactions dans la communauté internationale. Ainsi, critiquant cette décision du gouvernement américain dans une interview à Sputnik, Faruk Loğoğlu, ex-ambassadeur turc à Washington, a affirmé que ces frappes étaient « un pas absurde capable de détruire un équilibre fragile en Syrie et d'entraîner une escalade des tensions dans les relations Moscou-Washington.

    « Ayant bombardé la base aérienne en Syrie, les États-Unis ont, en même temps, porté un coup dur aux négociations à Genève », a-t-il déclaré.

    De même, M. Loğoğlu a rappelé les déclarations du Président américain Donald Trump qui affirmait avoir pour objectif primordial la lutte avec Daech.

    « L'administration américaine qui, il y a encore quelques jours, avait déclaré que c'est le peuple syrien qui devait décider du destin d'Assad, a fait une rotation à 180 degrés et a agi de façon hostile vis-à-vis d'Assad. Cela ne fera que renforcer le chaos qui règne en Syrie », a expliqué l'ex-ambassadeur.

    Selon lui, les terroristes, et donc Daech, se renforcent et se ressourcent grâce à la situation instable et le vide politique et ce fait devrait être pris en considération lors des discussions sur les conséquences des frappes américaines en Syrie. Pour lui, cette politique du gouvernement américain pourrait mettre fin au régime de cessez-le-feu en Syrie.

    Dans le même temps, M. Loğoğlu a désapprouvé la réaction d'Ankara, qui s'est prononcé en faveur des frappes américaines.

    « Un acte agressif provenant de l'Amérique va encourager les forces d'opposition en Syrie (…) et contribuera à leur retrait du processus de négociations à Genève. En tenant compte de cela, je qualifie la position d'Ankara, qui soutient l'intervention militaire des États-Unis, d'erronée », a-t-il souligné.

    Résumant ses propos, M. Loğoğlu a affirmé que quels que soient les coupables du meurtre des civils en Syrie, ils devaient être punis.

    « Mais à vrai dire, je ne comprends pas comment cette intervention militaire pourrait résoudre cette situation aveugle qui règne en ce moment en Syrie », a-t-il conclu.

    Suite à l'attaque chimique de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée par l'Occident aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe ciblée contre la base aérienne syrienne de Shayrat. Vendredi matin, une soixantaine de missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée, faisant selon Damas neuf morts, dont quatre enfants, et causant d'importantes destructions.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Syrie: Londres appelle la Russie à user de son influence pour arrêter la guerre
    La Suède remet en question la légitimité de la frappe US en Syrie
    Syrie: les frappes américaines, un acte «irresponsable», selon Damas
    La Russie se réserve désormais le droit de réagir à des frappes US en Syrie
    Frappes US en Syrie: Trump ouvre-t-il la boîte de Pandore? Réactions du monde politique
    Frappe en Syrie: neuf avions détruits, cinq intacts
    En frappant la Syrie, Washington cherche à régler ses problèmes intérieurs
    Tags:
    Faruk Loğoğlu, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik