International
URL courte
229
S'abonner

L’agression américaine contre la Syrie aura des graves conséquences sur le processus de négociations de Genève et le raid aérien américain contre la base syrienne aggravera encore la situation déjà difficile, estime la conseillère du Président syrien.

Selon la conseillère du Président de la République arabe syrienne, Buseina Shaaban, la frappe de missile et la politique d'agression américaine contre la Syrie auront un impact très négatif sur le processus de paix à Genève. De même, elle a ajouté que toutes les actions et les déclarations des États-Unis sont faites sans la moindre preuve.

Les États-Unis n'ayant apporté aucune preuve de la culpabilité de l'armée syrienne et n'ayant pas tenu compte de l'appel de la Russie à mener une enquête approfondie avant de rejeter la faute sur le gouvernement de la Syrie, ils ont ensuite attaqué la base militaire syrienne dans la nuit du 7 avril.

« Les perspectives sont complexes, la frappe américaine est une action très grave et l'agression américaine contre la Syrie, si elle continue, va compliquer la position du gouvernement syrien (lors des pourparlers de Genève) », a déclaré aux journalistes lors d'une conférence de presse Buseina Shaaban.

Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

Suite à l'attaque chimique de mardi à Khan Cheikhoun, attribuée par l'Occident aux forces armées syriennes, le Président américain Donald Trump a ordonné une frappe contre la base de Shayrat. Vendredi matin, une soixantaine de missiles de croisière Tomahawk ont été tirés par les navires américains USS Porter et USS Ross, qui se trouvaient en Méditerranée, faisant selon diverses sources entre quatre et dix morts parmi les militaires syriens, et causant d'importantes destructions.

Les autorités syriennes, à leur tour, ont déclaré que les forces gouvernementales syriennes n'avaient jamais utilisé et ne pas l'intention d'utiliser des armes chimiques contre les civils et contre les terroristes, et tout l'arsenal chimique du pays a été retiré du pays sous le contrôle de l'OIAC.

Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Les frappes de la coalition US en Syrie ont fait 18 morts parmi l'opposition
Frappes US en Syrie: la Bolivie se paie Washington à l'Onu
Des frappes US en Syrie «à la limite du conflit militaire avec la Russie»
«Terrible danger pour la paix»: des candidats français réagissent aux frappes US en Syrie
Tags:
attaque chimique, preuves, base aérienne, frappe aérienne, Genève 3, Donald Trump, Bachar el-Assad, États-Unis, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook