Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestation au Maroc

    Les manifestations au Maroc mènent-elles à la déstabilisation générale du pays?

    © REUTERS / Youssef Boudlal
    International
    URL courte
    71358
    S'abonner

    Les actions de protestation qui se déroulent actuellement au Maroc ne s’apaisent pas. Sputnik a interviewé un militant et un journaliste à ce sujet: tous les deux craignent une forte dégradation de la situation dans le pays.

    Le Maroc est secoué par des manifestations qui ont déjà été comparées aux événements du « printemps arabe » de 2011. Les troubles dans la ville d'Al Hoceima, dans le nord du pays, majoritairement berbère, ont commencé en octobre 2016 après la mort d'un vendeur de poisson, Moukhsine Fikri, et se poursuivent aujourd'hui.

    Interviewé par Sputnik, le chef du « Mouvement de l'honnêteté » marocain Salah al Wadia a déclaré que les manifestations devenaient incontrôlables et représentaient une menace pour la sécurité nationale. Actuellement, les activistes demandent la libération des manifestants précédemment arrêtés.

    Selon le militant, afin de stabiliser la situation, il faut lancer des négociations, prêter attention aux manifestants et satisfaire leurs revendications. Il n'exclut pas l'ingérence de tiers dans une situation aussi complexe.

    Dans une interview accordée à Sputnik, le rédacteur en chef du site marocain « Voix du nord » Rashid Belzaar signale pour sa part que la situation dans la ville a dégénéré lundi après l'arrestation d'un animateur du mouvement protestataire populaire, Nasser Zefrafi.

    Le journaliste estime que le gouvernement est responsable de la situation, qui a dégénéré dans le pays. Selon lui, l'administration n'a pas réagi aux manifestations quand il le fallait. Rashid Belzaar estime que les actions du ministère marocain de l'Intérieur mettent en danger le pays.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Crise politique au Maroc: vers la démission du premier ministre?
    Tags:
    gouvernement, manifestation, négociations, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik