International
URL courte
352851
S'abonner

L’US Navy a reçu le porte-avions dernier cri USS Gerald R. Ford, annonce un communiqué de la marine.

Les essais du navire après réception ont eu lieu le 26 mai.

Le navire a coûté 13 milliards de dollars au budget militaire des États-Unis et il s'agit actuellement du bâtiment de guerre le plus cher du monde.

Selon le Pentagone, le porte-avions sera définitivement prêt à l'exploitation en 2020. Auparavant il doit effectuer plusieurs sorties afin de roder des systèmes de combat et de l'ingénierie.

Initialement, la construction du navire entamée en 2009 devait prendre fin en septembre 2014. Cependant la date du lancement a été plusieurs fois reportée.

Le chasseur américain  F-35A
© AP Photo / Lockheed Martin Photography by Todd McQueen
Dépenser sans compter devient une tradition au Pentagone. Ainsi, l'ardoise pour le chasseur américain de cinquième génération F-35 s'alourdit de jour en jour tandis que ses livraisons à l'armée de l'air US sont reportées sine die. Les dépenses occasionnées par les seuls essais en vol du futur chasseur F-35 dépasseront de 1,7 milliard de dollars la somme allouée initialement

La revue américaine National Interest pointe les nombreuses lacunes du chasseur, qui a déjà coûté au contribuable américain la coquette somme de 1 500 milliards de dollars, le qualifiant de catastrophe nationale volante.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Plus de la moitié des porte-avions US sont en mission
Le nouveau porte-avions US obsolète avant même d’avoir vu le jour?
Washington manque de porte-avions pour relever les défis mondiaux
Coronavirus: deux nouveaux cas recensés en France
Tags:
mise en service, USS Gerald R.Ford, US Navy, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook