International
URL courte
2161
S'abonner

C’est avec regret que Moscou annonce ne toujours pas avoir obtenu de données qui pourraient confirmer l’ingérence présumée de la Russie dans l’élection présidentielle aux États-Unis, a déclaré Sergueï Riabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, lors d’audiences parlementaires au Conseil de la Fédération.

D'après le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, malgré plusieurs demandes, le gouvernement américain n'a toujours pas fait parvenir de preuves pouvant jeter la lumière sur l'implication de Moscou dans la présidentielle aux États-Unis.

« Dès le départ, nous avons appelé Washington à nous présenter au minimum une preuve et nous les avons prévenus qu'ils détruisaient le socle des relations bilatérales. Malheureusement, ces arguments et ces appels ont été ignorés », a indiqué M. Riabkov lors d'audiences parlementaires au Conseil de la Fédération consacrées à « La prévention d'intervention dans les affaires intérieures de la Russie ».

Et d'ajouter que ni les Américains, ni la communauté internationale, ni Moscou n'avaient eu de preuves, parce que « tout simplement, elles n'existent pas et elles ne peuvent pas exister, car toutes les histoires liées à l'ingérence russe sont fausses ».

En janvier, avant l'investiture de Donald Trump, les médias américains ont annoncé que les agences de renseignement du pays enquêtaient sur des liens présumées de membres de son équipe avec le Kremlin.

Les autorités russe et américaine ont nié à plusieurs reprises avoir des liens politiques ou d'affaires entre elles.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Rencontre Trump-renseignement US: pas d'influence des hackers russes sur la présidentielle
Présidentielle US: Hillary Clinton a reçu plus de 800.000 votes illégaux
Avant la présidentielle US, Moscou avait déjà placé «son candidat socialiste» en Bulgarie
Tags:
ingérence, élection présidentielle, présidence américaine, Donald Trump, Moscou, Russie, Washington, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook