Ecoutez Radio Sputnik
    Les Britanniques veulent un nouveau référendum sur le Brexit

    Les Britanniques veulent un nouveau référendum sur le Brexit

    © REUTERS / Stefan Wermuth
    International
    URL courte
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)
    11121

    D’après les résultats d’un sondage, la majorité des Britanniques soutiennent la tenue d’un nouveau référendum suite aux négociations sur le Brexit. Les conditions adoptées à l’issue des pourparlers pourraient influencer leur opinion sur la nécessité d’une sortie de l’UE.

    La majorité des citoyens britanniques se prononcent pour un deuxième référendum à l'issue des négociations sur les conditions de sortie du pays de l'Union européenne, indiquent les résultats d'un nouveau sondage effectué par l'agence Survation pour le journal The Mail on Sunday.

    May rassure Merkel, le Brexit ne sera pas retardé
    © AFP 2019 Oli Scarff Thierry Charlier
    Lors d'un référendum qui s'est tenu au Royaume-Uni en juin 2016, la majorité des Britanniques se sont prononcés pour la sortie de l'UE. En vertu de l'article 50 du traité de Lisbonne, le Royaume-Uni devra se retirer de l'UE le 29 mars 2019, deux ans après le lancement du Brexit.

    Les participants du sondage devaient répondre à la question de savoir s'ils soutiendraient la tenue d'un référendum à l'issue des négociations pour comprendre s'ils acceptent ou refusent ces conditions. 53 % des sondés ont déclaré qu'ils soutenaient un référendum, 47% — qu'ils y étaient opposés.

    Dans le même temps, 65 % des Britanniques estiment qu'une sortie de l'UE sans conditions mutuellement convenues aurait un impact négatif sur le Royaume-Uni, tandis que seulement 35 % sont de l'avis contraire.

    Le sondage a eu lieu du 16 au 17 juin, 1.005 personnes y ont pris part.

    Le 8 juin, le Parti conservateur au pouvoir a gagné les élections législatives anticipées, bien qu'il ait perdu la majorité au Parlement.

    Les élections avaient été organisées à l'initiative de la Première ministre Theresa May dont le parti disposait auparavant de la majorité absolue au Parlement et qui espérait avoir les mains libres pour négocier un Brexit «dur» avec l'UE à partir du 19 juin.

    Dossier:
    Négociations sur le Brexit (2017) (148)

    Lire aussi:

    Airbus pourrait fermer au Royaume-Uni après le Brexit
    Chose promise, chose due: un politologue britannique mange son livre sur le Brexit
    Négociations sur le Brexit: Theresa May promet d’être une «femme difficile»
    May: le Brexit coûtera à Bruxelles «plusieurs milliards de livres»
    Tags:
    négociations, référendum, sortie de l'UE, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik