Ecoutez Radio Sputnik
    Park Geun-hye

    La Corée du Nord prête à exécuter l'ex-Présidente sud-coréenne Park Geun-hye

    © REUTERS/ Kim Hong-Ji
    International
    URL courte
    9245

    Le gouvernement nord-coréen a prononcé l'ordre d'exécution par contumace contre l'ancienne Présidente sud-coréenne Park Geun-hye, accusée d'avoir fomenté un complot en vue d'assassiner le numéro un nord-coréen.

    Park Geun-hye, ex-Présidente sud-coréenne, a été condamnée à mort par contumace par les autorités nord-coréennes pour complot visant à assassiner le dirigeant de la Corée du Nord.

    L'ordre d'exécution a été également prononcé à l'endroit de l'ancien directeur du service de renseignement sud-coréen Lee Byung-ho, ont déclaré dans un communiqué conjoint le ministère de la Sécurité nationale, le ministère de la Protection d'État et le Bureau du procureur général nord-coréens.

    Le communiqué ne mentionne pas le nom du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, mais affirme que le complot en question avait pour but de renverser le dirigeant de la Corée du Nord. Le document a été diffusé mercredi par l'agence centrale de presse nord-coréenne KCNA.

    «Nous déclarons, ici et à l'étranger, que nous condamnons à la peine capitale la traîtresse Park Geun-hye et son ex-directeur des services de renseignement […], coupables de terrorisme d'État pour avoir ourdi un odieux complot contre le dirigeant suprême de la République populaire et démocratique de Corée.»

    Selon KCNA, «des révélations ont montré» que l'ex-Présidente avait planifié un complot en vue de faire assassiner Kim Jong-un en 2015. L'assassinat devait passer pour un accident routier ou ferroviaire.

    Le renseignement sud-coréen a de son côté rétorqué qu'il n'y avait «aucune raison» d'affirmer que Mme Park aurait donné des ordres pour renverser le leadeur nord-coréen.

    Park Geun-hye, destituée par le parlement sud-coréen pour trafic d'influence et abus de pouvoir, a été arrêtée et placée en détention fin mars en l'attente de son procès pour corruption. L'ancienne Présidente, âgée de 65 ans, est accusée d'être, avec son amie Choi Soon-sil, à l'origine de pressions sur des conglomérats sud-coréens en vue d'obtenir des dons pour deux fondations soutenant sa politique.

    Dernièrement, le journal japonais Asahi Shimbun a indiqué que Park Geun-hye avait signé fin 2015 un document prévoyant plusieurs scénarios concernant le dirigeant nord-coréen, dont sa destitution, sa fuite ou son assassinat déguisé en accident survenu lors d'un voyage en voiture ou d'une randonnée à ski.

    Le National Intelligence Service (NIS), qui devrait selon l'édition assumer la mission, a démenti ses informations. Il convient de rappeler que la présidence de Park Geun-hye avait été marquée par la création d'une unité spéciale au sein des forces spéciales sud-coréennes ayant pour objectif d'assassiner Kim Jong-un en cas de guerre.

    Lire aussi:

    «Un complot vicieux»: Pyongyang accuse la CIA et Séoul de vouloir tuer Kim Jong-un
    Séoul aurait envisagé d'assassiner Kim Jong-un
    L'ex-Président sud-coréen Park Geun-hye inculpé pour corruption
    Tags:
    peine de mort, exécution, complot, meurtre, Kim Jong-un, Park Geun-hye, Corée du Sud, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik