International
URL courte
6162
S'abonner

Le ministre russe des Affaires étrangères a qualifié de contre-productif et dangereux le durcissement des sanctions contre la Corée du Nord. Il a affirmé qu'il n'y avait pas d'alternative aux moyens politiques et diplomatiques de règlement du problème.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a déclaré lors d'un entretien téléphonique avec le secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, que la Russie estimait contre-productif et dangereux le renforcement des sanctions contre la Corée du Nord, indique le ministère russe des Affaires étrangères sur son site.

L'entretien s'est tenu mercredi à l'initiative de Rex Tillerson, a-t-il précisé.

«Sergueï Lavrov a de nouveau souligné qu'il n'y avait d'autre solution possible que des moyens politiques et diplomatiques pour réduire les tensions dans la péninsule coréenne. Il a estimé indispensable de s'abstenir de toute démarche militaire qui risquerait de déboucher sur des conséquences imprévisibles. Dans le même temps, il a noté que la Russie estimait contre-productif et dangereux de durcir les sanctions contre la Corée du Nord», a souligné le ministère dans un communiqué.

Mardi matin, la Corée du Nord a effectué un tir de missile qui a survolé le territoire du Japon et a fini sa course à 1.180 kilomètres du cap d'Erimo (île de Hokkaido). La Corée du Nord a confirmé qu'elle avait procédé à un test du missile balistique Hwasong-12. Le tir a été réalisé en présence du leader nord-coréen Kim Jong-un qui a affirmé que les derniers essais balistiques étaient «un prélude» au lancement de missiles contre l'île de Guam. Cette dernière abrite deux bases militaires américaines que Pyongyang considère comme un danger pour sa sécurité.

À l'issue du dernier tir de missiles, le président américain Donald Trump a écrit sur Twitter que les discours étaient incapables de résoudre le problème nord-coréen. Toutefois, le chef du Pentagone, James Mattis, a déclaré en commentant la situation concernant la Corée du Nord que les États-Unis n'avaient pas encore épuisé toutes les ressources diplomatiques du règlement de la crise.

Lire aussi:

Lionel Messi quitte le FC Barcelone
«La gorge me brûlait»: voici ce qui s’est passé dans la salle de cinéma évacuée à Annecy en pleine première d’OSS 117
En bombardant le Liban, Israël envoie un message à l’Iran
Le Conseil constitutionnel valide l'extension du pass sanitaire mais censure l'isolement obligatoire
Tags:
Russie, États-Unis, Corée du Nord, Guam, Sergueï Lavrov, Rex Tillerson, Kim Jong-un, ministère russe des Affaires étrangères, entretien, sanctions
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook