Ecoutez Radio Sputnik
    Pyongyang

    Pyongyang: toutes les options sont sur la table, selon un conseiller de Trump

    © Sputnik. Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    311872118

    Les tensions autour de la péninsule coréenne ne s'apaisent pas. Après le dernier tir de missile effectué vendredi matin par la Corée du Nord, des responsables américains évoquent de nouveau la possibilité de recourir à une option militaire à l'encontre de Pyongyang.

    Les États-Unis examinent tous les scénarios de dissuasion de la menace émanant de la Corée du Nord, a déclaré dimanche sur les ondes de la chaîne ABC le conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump, Herbert McMaster.

    Répondant à une question du présentateur sur l'éventualité d'une frappe américaine sur la Corée du Nord, il a répondu: «Nous examinons toutes les options».

    Et de souligner que «le régime nord-coréen menaçait les États-Unis et leurs citoyens avec des armes nucléaires. Pyongyang «sera contraint de renoncer aux armes nucléaires, parce que le Président [américain Donald Trump] a déclaré qu'il ne le tolérera pas», a pointé le général McMaster.

    La seule option encore envisageable si les efforts diplomatiques échouent

    Faisant ces derniers jours l'objet de toutes les attentions —Pyongyang ayant procédé à un nouveau tir de missile balistique vendredi — la situation au centre de laquelle se trouve la Corée du Nord a également été commentée par le secrétaire d'État Rex Tillerson. Intervenant à l'antenne de la chaîne CBS, il a déclaré ce dimanche que l'option militaire serait retenue si tous les efforts diplomatiques avaient été vains.

    «Avec sa résolution [2375], le Conseil de sécurité a imposé les sanctions les plus sévères de l'histoire qui ont été élaborées afin de faire revenir la Corée du Nord à la table des négociations et y reprendre un dialogue constructif et productif. Si nos efforts diplomatiques se soldent par un échec, l'option militaire restera la dernière possible», a souligné le chef de la diplomatie américain.

    Vendredi matin, la Corée du Nord a effectué un nouveau tir de missile balistique depuis les environs de Pyongyang en direction du Japon. L'engin a survolé l'île de Hokkaido et est tombé dans l'océan Pacifique, à 2.200 kilomètres de la côte la plus proche du Japon, sans causer de préjudice. Théoriquement, un tel missile, lancé depuis le territoire de la Corée du Nord, peut atteindre l'île américaine de Guam.

    Ce tir est intervenu trois jours après que le Conseil de sécurité des Nations unies a imposé de nouvelles sanctions contre Pyongyang pour son sixième essai nucléaire.

    Lire aussi:

    Pyongyang, «une menace globale, qui demande une réponse globale de tous les pays»
    Pyongyang confirme avoir testé un missile Hwasong-12
    Pyongyang menace de réduire les États-Unis en cendres et de «couler» le Japon
    Tags:
    menaces, nucléaire coréen, sanctions, Rex Tillerson, Herbert Raymond McMaster, Guam, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik