International
URL courte
69250
S'abonner

Après que l’ambassadeur nord-coréen a été déclaré persona non grata en Espagne, Alejandro Cao de Benos, délégué spécial chargé des relations nord-coréennes avec l'étranger et seul représentant occidental de Pyongyang, a fustigé Madrid pour son «absence de souveraineté».

La décision d'expulser l'ambassadeur nord-coréen prise hier par l'Espagne témoigne du fait que Madrid s'est plié à la volonté des États-Unis, a estimé dans un entretien à Sputnik Alejandro Cao de Benos, délégué spécial espagnol du Comité pour les Relations culturelles avec les pays étrangers de la Corée du Nord.

L'un des rares hommes occidentaux à posséder la double nationalité nord-coréenne, M. Cao de Benos critique l'Espagne pour cette démarche, la qualifiant d' «honteuse» et affirme: celle-ci «montre que Madrid ainsi que les autres pays ayant expulsé les ambassadeurs nord-coréens ne sont pas souverains et sont incapables de définir leur propre avenir».

«Ils ne font qu'obéir aux ordres directs des États-Unis», affirme le responsable.

Le ministère espagnol des Affaires étrangères a annoncé lundi avoir demandé à l'ambassadeur de Corée du Nord de quitter l'Espagne d'ici la fin du mois de septembre en raison du refus de Pyongyang de mettre fin à son programme nucléaire.

Le Conseil de sécurité de l'Onu a imposé de nouvelles sanctions contre le régime de Pyongyang après le sixième essai nucléaire souterrain tenu en septembre. Il s'agissait du plus puissant test mené par la Corée du Nord.

Les États-Unis ont appelé leurs partenaires à rompre leurs relations diplomatiques et financières avec le régime communiste.

Lire aussi:

Pourquoi des affiches de l’État sur le pass sanitaire étaient datées de janvier 2020? Explications
En bombardant le Liban, Israël envoie un message à l’Iran
«La gorge me brûlait»: voici ce qui s’est passé dans la salle de cinéma évacuée à Annecy en pleine première d’OSS 117
Tags:
Corée du Nord, Espagne, États-Unis, Alejandro Cao de Benós de Les y Pérez
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook