Ecoutez Radio Sputnik
    Pilotes russes à Hmeimim

    Deux ans d’opération russe en Syrie: un bilan

    © Sputnik. Dmitriy Vinogradov
    International
    URL courte
    17450

    Le 30 septembre 2015, les forces aérospatiales russes ont réalisé leurs premières frappes contre les positions du groupe terroriste Daech en Syrie. En deux ans, l’aviation russe a effectué plus de 30.000 sorties, portant plus de 92.000 frappes aériennes. Ceci a permis de libérer plus de 89% du territoire syrien.

    Le deuxième anniversaire du début de l'engagement  russe en Syrie est une bonne occasion pour dresser un bilan de la première opération militaire que la Russie mène au-delà des frontières de l'ex-URSS.

    Une opération autorisée par Damas

    Depuis mars 2011, la Syrie est en proie à un conflit armé entre les forces gouvernementales et divers groupes armés dont les plus actifs sont Daech et le Front al-Nosra.

    Un an après: bilan de l’opération russe en Syrie
    © Photo. Russian Defense Ministry
    Le 30 septembre 2015, le Président syrien Bachar el-Assad a adressé à Moscou une demande d'aide militaire. Vladimir Poutine a proposé au Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe) d'adopter un décret approuvant l'utilisation d'un contingent russe à l'étranger. La proposition présidentielle visant à accorder un soutien aérien aux forces gouvernementales syriennes dans leur lutte contre Daech a été soutenue à l'unanimité.

    Le même jour, les Forces aérospatiales russes ont porté les premières frappes ciblées contre les positions des terroristes de Daech sur le territoire syrien. Pour coordonner la lutte contre les terroristes la Russie, l'Irak, l'Iran et la Syrie ont créé à Bagdad un centre d'information ayant pour objectif la collecte, le traitement et l'analyse des données sur la situation dans la région, ainsi leur mise à la disposition des états-majors des pays participant aux travaux du centre.

    Forces engagées

    La Russie a engagé en Syrie ses Forces aérospatiales, sa marine et des unités d'élite. Le groupe aérien en Syrie est formé par des bombardiers de première ligne Su-24M, des avions d'attaque au sol Su-25SM, des bombardiers Su-24 et des chasseurs Su-30SM. En outre, des hélicoptères russes Mi-24, Mi-35, Mi-8AMTCh, Mi-8N et Ka-52 ont été transférés en Syrie. Des bombardiers stratégiques Tu-95MS et des bombardiers supersoniques Tu-160 ont été également impliqués.

    Le groupe naval russe en Méditerranée assure la défense antiaérienne de la base de Hmeimim et réalise des frappes ciblées de missiles de croisière contre les positions des terroristes, ainsi que le ravitaillement du contingent. Le groupe comprend des navires et des sous-marins de la Flotte du Nord (le porte-avions Amiral Kouznetsov), de la Flotte du Pacifique (le croiseur lance-missiles Variag), de la Flotte de la Baltique (le navire collecteur de renseignements Vassili Tatichtchev) et de la Flotte de la mer Noire (le croiseur Moskva, les frégates Smetlivyï, Ladnyï et Pytlivyï, la corvette Briz R-109, les sous-marins Rostov-sur-le-Don, Veliki Novgorod et Kolpino), ainsi que de la Flottille de la Caspienne (la frégate Daghestan et les corvettes Grad Sviyajsk, Ouglitch et Veliki OUstioug).

    Le poste d'appui de la marine russe en Méditerranée est situé dans le port syrien de Tartous.

    Les militaires participant à l'opération russe en Syrie sont déployés dans la base aérienne de Hmeimim, non loin de Lattaquié.

    Frappes contre les terroristes

    Depuis le début de l'opération, les forces aérospatiales russes ont effectué plus de 30.000 sorties, portant plus de 92.000 frappes aériennes. Les positions des groupes terroristes Daech et Front al-Nosra ont été frappées avec les missiles de croisière Kalibr tirés depuis des frégates et des sous-marins.

    Au 20 septembre 2017, les forces russes ont détruits plus de 96.000 sites terroristes, plus particulièrement des postes de commandement (8.332), des postes d'appui (17.194), des concentrations de troupes (53.707), des camps d'entraînement (970), des entrepôts d'armes et de munitions (6.769), des sites pétroliers (212), des raffineries (184), des convois de camions-citernes (132), ainsi que 9.328 autres cibles.

    Chefs de Daech éliminés

    Le 5 septembre dernier, la Défense russe a annoncé avoir été informée d'une réunion entre des chefs de détachements terroristes aux environs de Deir ez-Zor. Une frappe menée avec des bombes anti-bunker contre un poste de commandement souterrain a détruit le poste tuant  quelque 40 djihadistes parmi lesquels quatre chefs influents, dont l' «émir de Deir ez-Zor» Abou Mohamed al-Chemali, responsable des finances et du transfert des recrues vers les bases d'entraînement, et Guilmourod Khalimov, «ministre de la guerre de Daech».

    Ce succès a permis d'accélérer la rupture du siège de Deir ez-Zor et d'engager sa libération par les forces gouvernementales syriennes.

    Pertes de l'armée russe

    Selon les publications officielles du ministère russe de la Défense, l'opération en Syrie a coûté la vie à quelque 30 militaires russes, dont le lieutenant-général Valeri Assapov, chef d'un groupe de conseillers russes tué le 23 septembre.

    Le vice-ministre des Affaires étrangères russe a estimé que la mort du lieutenant-général russe Valeri Assapov était le «prix du sang» que la Russie avait été contrainte de payer  en raison de la politique hypocrite des Etats-Unis en Syrie.

    Territoires libérés

    Selon le journal officiel du ministère russe de la Défense Krasnaïa zvezda (Étoile rouge), plus de 89% du territoire syrien a déjà été libéré des djihadistes de Daech. Le Centre international de déminage des forces armées russes a annoncé le déminage de 5.295 hectares de territoire syrien.

    L'unique région importante se trouvant toujours sous le contrôle de Daech est la vallée de l'Euphrate, bien que ces dernières semaines l'armée syrienne soutenue par les forces aérospatiales russes ait enregistré d'importants succès sur ce théâtre.

    Alep

    Entre 2012 et 2016, Alep, deuxième ville de Syrie, a été le théâtre de violents combats. Plus de 1,5 million d'habitants ont quitté la ville qui comptait, avant le conflit, 2,5 millions de personnes. Depuis août 2012, la partie occidentale de la ville était contrôlée par l'armée syrienne et la partie orientale par différents groupes islamistes et rebelles, dont les plus actifs étaient Daech et al-Nosta.

    Durant l'été 2016, l'armée syrienne soutenue par l'aviation russe a encerclé la ville et a commencé son siège. À l'automne 2016, l'armée syrienne a lancé l'offensive finale dans la zone est de la ville et le 22 décembre, son commandement a annoncé que la ville avait été complètement libérée des terroristes et placée sous le contrôle des forces gouvernementales.

    Palmyre

    En mai 2015, les terroristes ont pris Palmyre sous leur contrôle, mais l'armée gouvernementale soutenue par l'aviation russe est parvenue à libérer la ville.

    Reprise de nouveau par les djihadistes fin décembre 2016, la ville a été définitivement libérée le 3 mars 2017. Au cours de ces deux mois d'occupation, les djihadistes ont fait sauter le tétrapyle (monument à «quatre colonnes») et la scène du théâtre antique.

    Abu Khamid al-Sukhni, chef militaire qui avait donné l'ordre de détruire plusieurs monuments antiques de Palmyre en 2015, a été abattu par les militaires syriens.

    Levée du siège de Deir ez-Zor

    Le siège de Deir ez-Zor et d'un aérodrome militaire situé à deux kilomètres de la ville a duré plus de trois ans. Fin janvier dernier, les combattants de Daech sont parvenus à couper les communications entre les unités de l'armée déployées  dans la ville et la base aérienne. La garnison de la ville a repoussé des attaques systématiques de Daech avec l'utilisation de kamikazes et de voitures piégées. Le 5 septembre, l'armée syrienne soutenue par l'aviation russe a percé la défense des terroristes de Daech et a débloqué Deir ez-Zor.

    Selon le ministère russe de la Défense, la victoire à Deir ez-Zor revêt une importance supérieure aux autres succès enregistrés par les forces gouvernementales ces trois dernières années.

    Perspectives

    Selon le président de l'Académie des problèmes géopolitiques Konstantin Sivkov, suite à la levée du siège de Deir ez-Zor, la lutte contre les terroristes de Daech se poursuivra dans de petites localités de l'est et du nord de la Syrie.

    «Après la percée du blocus de Deir ez-Zor, il faudra lancer l'offensive sur les foyers de Daech sur les axes est et nord. Les combats auront lieu dans de petites localités à condition que les forces gouvernementales ne participent pas à la libération de Raqqa, ce qui est probable car Raqqa n'est pas encore prise», a-t-il confié à Sputnik.

    Lire aussi:

    Les habitants de Deir ez-Zor fêtent la 3e grande victoire de l’armée en une semaine
    L’armée syrienne perce le siège de Daech au sud de Deir ez-Zor
    Derniers bastions de Daech: la guerre en Syrie touche à sa fin
    Tags:
    lutte antiterroriste, opération militaire, Centre international de déminage de l'armée russe, Troupes aérospatiales de Russie, Front al-Nosra, Daech, Valeri Assapov, Vladimir Poutine, Bachar el-Assad, Deir ez-Zor, Palmyre, Alep, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik