Ecoutez Radio Sputnik
    Logo du parti autrichien SPÖ

    Le scandale des fausses pages Facebook porte un coup dur à la gauche autrichienne

    © REUTERS / Heinz-Peter Bader
    International
    URL courte
    1132

    A la veille des législatives du 15 octobre, le scandale des fausses pages Facebook racistes et antisémites met la gauche autrichienne dans une situation délicate. Alors qu’il ambitionnait de former le deuxième groupe le plus important du parlement, le parti social-démocrate (SPÖ) risque de se retrouver derrière le parti de la droite radicale FPÖ.

    Le Parti social-démocrate d'Autriche (SPÖ) risque d’être victime du scandale sans précédent qui a éclaté en septembre après les révélations sur les fausses pages Facebook créées par un ex-conseiller du SPÖ pour dénigrer un jeune candidat conservateur aux législatives du 15 octobre.

    Le quotidien autrichien Die Presse et l'hebdomadaire Profil ont annoncé en septembre qu’un homme d’affaires israélien avait créé deux pages sur Facebook montées de toutes pièces dans le cadre d’une campagne de dénigrement visant Sebastian Kurz (ÖVP), candidat du Parti populaire (ÖVP, droite libérale)

    Facebook, un champ de bataille

    Une page, intitulée «Nous sommes pour Sebastian Kurz» («Wir für Sebastian Kurz»), contient de nombreux propos racistes et antisémites. Une autre, titrée «La vérité sur Sebastian Kurz» («Die Wahrheit über Sebastian Kurz»), cherche à dissuader les électeurs d'extrême droite de voter pour le Parti populaire en diffusant de fausses informations destinées à faire passer le parti pour laxiste en matière d'immigration.

    Selon les médias autrichiens, l’auteur des deux pages est Tal Silberstein, un ancien conseiller du chancelier social-démocrate Christian Kern (SPÖ). Le SPÖ s'est séparé de M.Silberstein en été dernier. En août, M.Silberstein a été interpellé en Israël dans le cadre d’une enquête internationale sur des faits présumés de blanchiment.

    «Catastrophe nucléaire» à la veille des législatives

    Le scandale a vite pris une ampleur nationale et les médias autrichiens l’ont qualifié de «catastrophe nucléaire». 

    Les révélations ont entraîné la démission de Georg Niedermühlbichler, secrétaire général et directeur de campagne de SPÖ pour les législatives du 15 octobre. M.Niedermühlbichler a toutefois juré ne pas être au courant de l'opération organisée sur Facebook par Tal Silberstein.

    Au cours d’une cinquantaine de débats organisés entre candidats durant la campagne électorale, Sebastian Kurz a accusé le chancelier Christian Kern, qui brigue un nouveau mandat, d'avoir voulu «ruiner le processus démocratique». Le SPÖ a d’abord condamné l'opération mise en place par Tal Silberstein avant d’affirmer que des membres de l’ÖVP auraient été mis au courant de l'existence des fausses pages Facebook et qu’ils auraient proposé de l'argent à leurs administrateurs pour révéler l'affaire.

    Qui sont les gagnants?

    Le scandale impliquant les sociaux-démocrates (SPÖ) et le Parti populaire (ÖVP) profite au parti de la droite radicale et anti-immigration FPÖ (Parti de la liberté). Pendant sa campagne électorale, le FPÖ rappelle aux Autrichiens que le SPÖ et l’ÖVP font partie d’une même coalition qui gouverne le pays depuis des années.

    Le 15 octobre, les électeurs autrichiens sont appelés à élire au Conseil national les 183 députés de la 26e législature pour un mandat de cinq ans.

    Selon les sondages, le SPÖ, qui escomptait arriver au moins second à ces législatives, risque actuellement de se retrouver derrière le FPÖ, qui a échoué de peu à la présidentielle de 2016.

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une femme frappée par une bande en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    campagne électorale, scandale, Facebook, législatives autrichiennes (octobre 2017), Parti de la liberté d'Autriche (Freiheitliche Partei Österreichs, FPÖ), Parti populaire autrichien (ÖVP), Parti social-démocrate autrichien (SPÖ), Sebastian Kurz, Autriche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik