Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Impeachment de Trump: les Républicains n’attendraient qu’une chose avant de le destituer

    © REUTERS/ Axel Schmidt
    International
    URL courte
    423038

    À en croire l’ancien secrétaire américain du Travail, Robert Reich, le parti Républicain est prêt à destituer Donald Trump une fois le projet de loi sur les impôts adopté.

    Le parti Républicain envisage sérieusement de se concentrer sur l'impeachment du Président américain dès que leur projet de loi sur les impôts sera promulgué, a écrit sur sa page Facebook l'ancien secrétaire américain du Travail, Robert Reich, se référant à un de ses amis, ancien sénateur.

    D'après M. Reich, certains Républicains «pensent faire la même chose que Bob [Corker, ndlr] a fait».

    «Ils croient que Trump est fou. Incapable. Dangereux», a-t-il écrit en reprenant les paroles de son ami.

    Mais, a-t-il ajouté, d'abord le parti Républicain souhaiterait «adopter cette loi sur les impôts».

    «Ils ne veulent pas faire face aux électeurs en '18 ou '20 sans avoir prouver quelque chose. Ils prient justement que Trump ne fasse pas quelque chose très, très stupide avant le projet de loi sur les impôts.»

    Dans un ouvrage collectif «Le cas dangereux de Donald Trump: 27 psychiatres et experts en santé mentale évaluent un Président», des psychiatres et d'autres professionnels en santé mentale ont affirmé que l'état mental du Président américain présentait des risques pour la nation et le monde. Le livre comprend des analyses et des essais qui décrivent les traits du caractère du Président, que les auteurs trouvent compatibles avec les symptômes du narcissisme, de la sociopathie et d'autres maladies mentales.

    Lire aussi:

    Donald Trump est «l’homme le plus dangereux au monde», selon des psychiatres
    Donald Trump, un «dérangé» ou un bon acteur?
    Les tweets de Trump font perdre patience aux sénateurs républicains...
    Tags:
    impôt, projet de loi, destitution, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik