Ecoutez Radio Sputnik
    Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

    Faute de mesures du Conseil de l'Europe, la crise Russie-APCE peut se propager

    © Sputnik . Vladimir Fedorenko
    International
    URL courte
    2161

    La Russie souhaite continuer à travailler avec les institutions du Conseil de l'Europe, mais elle n'admettra en aucun cas des pressions, explique la présidente du sénat russe. Or, si le Conseil n'entreprend pas les mesures nécessaires, la crise observée dans les relations entre la Russie et l'APCE risque de s'amplifier.

    La Russie est prête à coopérer avec l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE). Toutefois, si la situation avec la garantie des pleins droits de la délégation russe n'est pas réglée, la crise se propagera sur d'autres institutions du Conseil, a déclaré la présidente du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) Valentina Matvienko.

    «Nous sommes prêts à discuter la progression [vers la normalisation des relations, ndlr] et prêts à travailler avec des délégations nationales d'autres pays de l'APCE en vue de la compréhension de la situation. Toutefois, l'APCE traverse actuellement une crise profonde. C'est évident et nous n'y sommes pour rien», a expliqué la haute responsable russe aux journalistes.

    Et d'ajouter que si le Conseil de l'Europe n'entreprenait pas de démarches, «la crise non seulement s'aggravera à l'intérieur de l'Assemblée parlementaire, mais se propagera également à d'autres institutions».

    APCE
    © Sputnik . Vladimir Fedorenko
    Mme Matvienko a en outre souligné que bien que Moscou soit intéressé par travailler avec le Conseil de l'Europe et ses structures et le considérait comme utile, «la Russie ne reviendra pas un iota sur sa position».

    La présidente du Conseil de la Fédération a rappelé que la Russie s'exprimait pour le changement du règlement de l'APCE et que son attitude restait inchangée. «Nous sommes intéressés par le travail avec le Conseil de l'Europe, nous bénéficions d'une expérience de 20 ans de coopération. Toutefois, nous n'accepterons jamais que quelqu'un nous prive de nos députés, élus par les Russes, du droit de vote, de la participation à l'élection à des postes dirigeant et [n'accepterons pas que, ndlr] quelqu'un nous dicte quoi que ce soit. Ces principes sont inacceptables», a déclaré Mme Matvienko.

    Après la réunification de la Crimée avec la Russie en 2014, l'APCE a adopté une résolution condamnant les actions de Moscou. Au début du mois de janvier 2015, l'APCE a privé la Russie de son droit de vote, laquelle a réagi en suspendant sa participation à cette structure.

    Lire aussi:

    Un militaire de Sentinelle ouvre le feu contre un homme armé d’un couteau près d'un hôpital militaire à Lyon
    En défiant les USA, un pays membre de l’UE lance un réseau 5G avec l’aide de Huawei
    Sur une vidéo devenue virale, des forces de l'ordre gazent les clients d'un café lors de l’acte 31
    Tags:
    pressions, institutions, crise, Conseil de la Fédération, Conseil de l'Europe, Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Valentina Matvienko, Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik