Ecoutez Radio Sputnik
    Conseil de la Fédération

    Accord iranien: le Sénat russe prépare un appel au groupe des Six

    © Sputnik. Maxim Blinov
    International
    URL courte
    3775140

    Les sénateurs russes veulent inviter leurs homologues européens et américains à exercer une influence sur les dirigeants de leurs pays respectifs pour maintenir en vigueur l'accord sur le nucléaire iranien.

    Le Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) est préoccupé par la situation autour de l'accord nucléaire iranien et envisage d'appeler les parlements des pays du groupe des Six à intervenir.

    «Partageant l'avis de l'Agence internationale de l'énergie atomique, le Conseil de la Fédération invite les parlements chinois, français, allemand, britannique et européen à exercer leur haute influence sur les dirigeants de leurs pays afin de maintenir en vigueur l'accord historique sur le programme nucléaire iranien», lit-on dans le projet du document rédigé par la commission sénatoriale des affaires étrangères.

    Les sénateurs appellent également «les membres du Congrès américain à employer tous les instruments disponibles pour prévenir ce scénario extrêmement dangereux».

    Selon eux, il n'existe aujourd'hui «aucune raison pour suspendre la coopération avec l'Iran sur son programme nucléaire». Les sénateurs russes estiment en outre que la nouvelle stratégie américaine à l'égard de l'Iran, annoncée par Donald Trump, risque de «provoquer une riposte de la part de Téhéran» et de «saper sa confiance» dans les puissances mondiales.

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: un retrait US provoquerait un recul de plusieurs dizaines d'années
    Moscou: l'accord sur le nucléaire iranien ne peut pas être dénoncé unilatéralement
    Nucléaire iranien: «Nos partenaires ont plus à perdre que nous», selon Téhéran
    Tags:
    parlementaires, programme nucléaire iranien, Conseil de la Fédération, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Iran, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik