International
URL courte
Négociations sur le Brexit (2017) (148)
2110
S'abonner

Le secrétaire général du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), Paul Oakley, s’est entretenu avec Sputnik de la politique extérieure menée actuellement par le gouvernement britannique et des projets de son parti concernant le Brexit.

La Première ministre Theresa May s'est assuré le soutien des Britanniques aux élections en les séduisant par ses déclarations eurosceptiques, mais parfaitement creuses, a déclaré Paul Oakley à Sputnik.

«Notre nouveau leader Henry Bolton nous conduira à l'attaque. […] Je m'attends à ce que notre stratégie soit que le Brexit reste toujours notre priorité première. Seul le parti UKIP réclame la liberté absolue de l'UE et un vrai Brexit», a affirmé l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que, pour convaincre les électeurs de voter pour les conservateurs, Theresa May avait «dupé» les Britanniques par des paroles creuses sur son euroscepticisme.

«Et même le leader des travaillistes Jeremy Corbyn qui, des décennies durant, avait critiqué l'Union européenne a permis aux partisans de Blair au sein de son propre parti de l'intimider et s'est mis finalement à soutenir un "Brexit souple"», a rappelé M.Oakley.

Évoquant le conflit syrien, il a insisté sur la position non-interventionniste de l'UKIP.

«L'UKIP s'est opposé avec fermeté à l'intervention contre Assad, et nous avions raison», a souligné le secrétaire général du parti, en stigmatisant la politique de l'ancien Premier ministre David Cameron.

Et de résumer que le Royaume-Uni devrait s'écarter le plus possible de toute politique de changement de régime.

«Par le passé, une telle politique débouchait inévitablement sur des résultats catastrophiques. La non-ingérence doit être notre mot d'ordre», a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

Dossier:
Négociations sur le Brexit (2017) (148)

Lire aussi:

Coronavirus, en continu: aggravation de la crise aux États-Unis avec près de 1.200 morts en 24h
Les autorités ont «menti» sur l’inutilité des masques pour «une bonne cause», estime une journaliste
«Plus rien ne sera jamais comme avant pour l'immobilier après le coronavirus»
Tags:
conflit syrien, changement de régimes, intervention, Brexit, Parti travailliste (Royaume-Uni), Parti conservateur (Royaume-Uni), Parti de l'indépendance du Royaume-Uni (Ukip), Sputnik, Paul Oakley, Jeremy Corbyn, Theresa May, Tony Blair, David Cameron, Bachar el-Assad, Royaume-Uni, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook