Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de l'Otan

    Le nouveau système antiaérien turco-franco-italien, révélateur d’une crise de l’Otan?

    © REUTERS / Ints Kalnins
    International
    URL courte
    4203

    Après que les ministres de la Défense turc, français et italien ont signé un accord pour développer en commun un système de défense antiaérienne, des experts turcs expliquent quelle influence aura cette démarche sur les rapports au sein de l'Otan, ainsi qu'entre la Russie et la Turquie qui lui achète des S-400.

    La signature de l'accord turco-franco-italien sur la coopération dans le domaine de la lutte antiaérienne fait se poser un certain nombre de questions: le système de missiles qui sera créé dans le cadre de l'accord pourra-t-il remplacer les S-400 russes que la Turquie a achetés? Quel impact aura un tel arrangement sur les relations entre ces deux pays, d'une part, et entre la Turquie et l'Alliance atlantique, de l'autre? Des experts ont commenté la stratégie de défense turque dans un entretien à Sputnik.

    Selon un général de l'Armée de l'air turque, Erdoğan Karakuş, son pays a besoin, en urgence de quelque 25-30 systèmes antiaériens, «non seulement des S-400, mais également d'autres armements encore». En cela, l'attitude de l'Otan est plutôt divisée:

    «Les pays-membres de l'Otan ne peuvent jamais être unis ni dans leurs actions, ni dans les idées. Le clivage d'aujourd'hui est en partie similaire à ce qui avait eu lieu plus tôt dans l'histoire de l'Alliance. La France et l'Italie sont déterminées à développer la production de leurs propres systèmes de lutte antiaérienne», a-t-il estimé. «Elles attachent aussi de l'importance à la participation de la Turquie à ce processus, car cette dernière possède un certain potentiel de production.»

    Un autre interlocuteur de Sputnik, le politologue Can Ünver, a affirmé que l'apparition d'alliances internes au sein de l'Otan et la création d'un système antiaérien non américain constituent un tournant important et positif. De surcroît, l'accord trilatéral dont l'une des parties est Ankara atteste que sa politique étrangère est menée dans plusieurs directions.

    «Je crois que cet accord est un indice de la ligne de politique extérieure multidimensionnelle de la Turquie. Cette démarche [la signature de l'accord, ndlr] ne présente pas d'obstacles à l'acquisition des S-400 à la Russie. Cela ne va pas favoriser la dégradation des rapports entre les deux pays, mais va plutôt les améliorer», a résumé M.Can.

    Auparavant, une déclaration d'intention dans le domaine de la lutte antiaérienne avait été signée dans le cadre de la rencontre des ministres de la Défense de l'Otan à Bruxelles. L'accord prévoit la fabrication conjointe et des livraisons du système de lutte antiaérienne de nouvelle génération SAMP-T du consortium Eurosam à la Turquie.

    Le 12 septembre, le Président turc, Recep Tayyip Erdogan a déclaré qu'Ankara avait signé avec la Russie un accord portant sur l'achat de quatre batteries de S-400 pour un montant compris entre 2 milliards et 2,5 milliards d'euros. Selon les autorités turques, les livraisons devraient avoir lieu dans un délai de deux ans.

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    influence, relations, achat, création, accord, crise, défense antiaérienne, défense antimissile, S-400, OTAN, Ankara, France, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik