Ecoutez Radio Sputnik
    National Security Agency

    NYT: les conséquences du vol de la cyber-arme de la NSA seraient «catastrophiques»

    © AP Photo/ Patrick Semansky
    International
    URL courte
    235020540

    Le vol des logiciels de «piratage» créés par la NSA a affecté la réputation de l’agence de renseignement, tout en conduisant à une nouvelle enquête. Le journal américain The New York Times est sûr que la Russie y est impliquée, sans toutefois présenter de preuves.

    La National Security Agency serait en crise après le vol par des hackers de logiciels malveillants que l'agence avait utilisés afin de pénétrer des gadgets et des réseaux partout dans le monde, écrit le journal The New York Times.

    Le groupe de hackers Shadow Brokers a publié les codes de logiciels volés à la NSA, ultérieurement utilisés pour créer les virus informatiques qui ont endommagé de nombreux ordinateurs dans le monde entier. La NSA n'a pas fait de commentaire officiel concernant cette situation, mais The New York Times affirme avoir prouvé l'appartenance des cybers-armes à l'agence de renseignement. Le journal en a obtenu la confirmation auprès d'anciens et d'actuels agents de la NSA.

    D'après eux, les actions de Shadow Brokers ont eu des «conséquences catastrophiques pour la NSA» car sa capacité à sécuriser sa possession d'une cyber-arme puissante, ainsi que sa contribution à la sécurité nationale du pays, ont été remises en question.

    Ce vol de logiciels est comparable à «un séisme, qui a ébranlé la NSA jusque dans ses fondements», a souligné le journal. Il croit que les dégâts causés par Shadow Brokers pourraient être plus significatifs que ceux produits par les révélations de l'ancien agent de la CIA et la NSA Edward Snowden. Celui-ci a seulement révélé les intitulés des logiciels de surveillance de masse, tandis que les hackers ont publié les codes des logiciels, permettant à tout le monde de les utiliser.

    Selon The New York Times, les services de renseignement américains ne sont même pas capables de détecter la manière dont la fuite se serait passée et si des agents de la NSA y sont impliqués. Une enquête d'envergue a été lancée.

    «Au siège de l'Agence au Maryland, ainsi que dans ses sections partout aux États-Unis, des agents de la NSA sont soumis au polygraphe et sont licenciés… Désenchantés, des spécialistes expérimentés quittent l'agence pour un travail mieux payé, y compris dans les compagnies qui protègent les réseaux informatiques des intrusions à l'aide des instruments de la NSA», indique le journal.

    Depuis 2015, trois agents de la NSA ont été arrêtés car soupçonnés de vol de donnés. Mais il n'est pas évident que la situation au sein d'agence se soit améliorée.

    Un ancien employé de la division de «piratage» de la NSA, Jake Williams, dont le nom et le lieu du travail ont été dévoilés par Shadow Brokers, a qualifié la situation de «catastrophe à plusieurs niveaux». Il a confirmé que les agents de police «chassaient» ceux qui sont impliqués dans le vol, sans pour autant avoir arrêté personne.

    D'après The New York Times, l'un des principaux suspects dans cette affaire est la Russie qui a, à plusieurs reprises, démenti les accusations des services secrets américains. Sans citer aucune preuve de l'ingérence russe, le journal a évoqué que la compagnie russe «Kaspersky Lab» avait été parmi les premiers à «trouver» la division «piratage» de la NSA et à protéger ses logiciels de l'ingérence de l'Agence, en diminuant ainsi «le flux des informations de renseignement». En 2017 l'Administration américaine avait interdit d'utiliser les produits «Kaspersky» sur les ordinateurs du gouvernement fédéral.

    Lire aussi:

    NSA en crise: le vol de la cyber-arme «discrédite» l’agence de renseignement
    La NSA a testé sa surveillance électronique pendant les JO d’hiver de 2002
    Un ex-agent du FBI pointe du doigt les écoutes illégales de la NSA
    Tags:
    sécurité cybernétique, ingérence, antivirus Kaspersky, Shadow Brokers, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), CIA, Edward Snowden, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik