Ecoutez Radio Sputnik
    Slobodan Praljak

    Suicide d’un ex-général croate à La Haye: l’avocate du défunt témoigne pour Sputnik

    © AP Photo / Robin van Lonkhuijsen
    International
    URL courte
    691475

    Commentant le suicide de son client, l’ex-général croate Slobodan Prajlak, son avocate a soulevé la question de l’existence de problèmes gravissimes à la Cour pénale internationale.

    Que ce soit le suicide de Slobodan Prajlak, la condamnation de Ratko Mladic ou d’autres faits encore – rien de tel n’aurait dû se produire à la Cour pénale internationale (CIP), tel est l’avis que Natasa Favo Ivanovic, une des avocates de l’ex-général croate qui s’est éteint mercredi après avoir avalé du poison en pleine audience à La Haye, a livré à Sputnik.

    «Ce qui s’est passé aujourd’hui, tout comme ce qui s’est passé il y a sept jours lors de la lecture du verdict de Ratko Mladic ou ce qui se passait pendant le procès de Milosevic, lorsqu’on lui coupait la parole ou éteignait son microphone, n’aurait pas dû se passer à la Cour pénale internationale. Je pense que ces événements reflètent bien le fonctionnement de cette cour, c’est mon avis», a-t-elle indiqué à Sputnik.

    À la question de savoir comment il était possible qu’un accusé puisse pénétrer dans une salle d’audience avec du poison sur lui, elle a dit ne pas avoir de réponse. «À mon avis, il faudra aussi bien soulever la question de la responsabilité que celle des méthodes de travail de la Cour, et pas uniquement le fait de la détention du poison», a expliqué l’avocate.

    Elle a dit avoir vu son client le matin-même avant qu’il ne s’empoisonne.

    «Tout s’est passé derrière mon dos. On avait beaucoup de contacts directs. C’était un client très reconnaissant, il ne nous indisposait  jamais lorsqu’il avait besoin d’une aide juridique», se souvient-elle.

    Lors de l’audience, elle a eu l’impression de l’entendre dire qu’il avait pris du poison.

    «Il me semble que c’est lui qui l’a dit. J’ai transmis aux juges ce qu’il avait dit pour qu’ils réagissent immédiatement. Mais je ne peux pas vous confirmer s’il l’avait vraiment dit ou si j’ai eu l’impression qu’il l’avait dit», explique Natasa Favo Ivanovic.

    Plus tôt dans la journée, l’ex-général croate SlobodanPrajlak, accusé de crimes contre la population musulmane de Bosnie-Herzégovine,  a rejeté avec mépris le verdict de la Chambre d’appel du Tribunal pour l’ex-Yougoslavie de la Haye avant d'ingurgiter un poison. L'audience du Tribunal a été suspendue, des médecins ont été dépêchés pour venir au secours du détenu.

    La Haye a ensuite confirmé le décès de Slobodan Prajlak, 72 ans, et a annoncé avoir engagé une vérification indépendante.

    Mercredi dernier, le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY, créé en 1993 pour juger des personnes accusées de crimes de guerre durant les conflits des Balkans) avait condamné à la réclusion à perpétuité l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, le reconnaissant coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Toutefois, pour beaucoup de Serbes, il reste un héros.

    Lire aussi:

    Le Premier ministre croate dénonce «la profonde injustice morale» du tribunal de La Haye
    La dernière volonté de l’ex-général croate qui s’est suicidé à la Haye révélée
    Vers une nouvelle montée des tensions dans les Balkans après la condamnation de Mladic?
    Tags:
    poison, audience, avocat, tribunal, suicide, Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), Slobodan Praljak, Ratko Mladic, Slobodan Milosevic, La Haye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik