Ecoutez Radio Sputnik
    Slobodan Praljak

    L'ex-général croate Praljak mort d'empoisonnement au cyanure, selon le parquet

    © REUTERS / ICTV
    International
    URL courte
    707

    La nature du poison avec lequel l'ex-général croate Slobodan Praljak s'est suicidé en pleine audience du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie a été établie. Selon le parquet néerlandais, il s'agit de cyanure.

    Les résultats préliminaires de l'autopsie indiquent que l'ex-général croate Slobodan Praljak est mort des suites d'une insuffisance cardiaque causée par du cyanure, a annoncé le parquet néerlandais, cité par l'agence Reuters.

    L'autopsie du corps de Slobodan Praljak a eu lieu vendredi, soit deux jours après son suicide en direct dans une salle d'audience du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).

    «Deux experts croates ont assisté à l’autopsie. En application des accords entre le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et les autorités croates, ils se trouvaient sur place en tant qu’observateurs.»

    Accusé de crimes contre la population musulmane de Bosnie-Herzégovine, l'ex-général Praljak, âgé de 72 ans, a rejeté le 29 novembre avec mépris le verdict de la Chambre d'appel du Tribunal avant d'avaler un poison. L'audience du TPIY a été suspendue, des médecins sont venus au secours du détenu qui est décédé à l'hôpital peu de temps après.

    Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie a été inauguré en 1993 afin d'enquêter sur les crimes commis durant la guerre de Yougoslavie (1991-2001). Depuis sa création, le TPIY a inculpé 161 personnes.

    Lire aussi:

    «L'Iran a fait une très grosse erreur»: Trump réagit à la destruction du drone US par les militaires iraniens
    L'Iran sera-t-il frappé par les USA? «Vous le saurez bientôt», lance Trump
    Téhéran réagit aux déclarations américaines et se dit prêt à faire face à «toute sorte d'agression»
    Tags:
    poison, parquet, suicide, Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), Slobodan Praljak, La Haye, Bosnie-Herzégovine, Pays-Bas, Yougoslavie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik