Ecoutez Radio Sputnik
    Pilote russe en Syrie

    Syrie: Moscou adresse un dernier avertissement aux terroristes

    © Sputnik . Ministry of Defence of the Russian Federation
    International
    URL courte
    Retrait des troupes russes de Syrie (décembre 2017) (13)
    362172

    En dépit du retrait de ses forces de Syrie, la Russie reste disposée à mener des frappes ciblées contre les positions des terroristes si ces derniers reprennent leurs activités dans le pays.

    La Russie effectuera des frappes ciblées contre les terroristes en Syrie en cas de nécessité, a déclaré mardi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

    «Le Président a souligné qu'il était possible que les terroristes pourraient essayer de relever la tête en Syrie. Or, en ce cas, ils essuieront des frappes écrasantes d'une force sans précédent», a indiqué le porte-parole.

    Selon lui, grâce à la libération de l'ensemble du territoire syrien de terroristes, la présence d'un vaste contingent militaire dans le pays n'est plus nécessaire.

    «C'est pourquoi le commandant suprême a pris la décision de retirer les troupes russes de Syrie», a expliqué M.Peskov devant les journalistes.

    Lundi, Moscou a annoncé le retrait de la majeure partie de son contingent militaire encore stationné en République arabe syrienne. Auparavant, l'état-major interarmées russe avait indiqué que l'ensemble des territoires syriens était libéré des terroristes.

    Le chef du Kremlin Vladimir Poutine, en visite sur la base aérienne de Hmeimim en Syrie, a cependant promis que les forces russes porteraient des «frappes inédites» contre les terroristes s'ils reprenaient leurs activités dans le pays.

    Dossier:
    Retrait des troupes russes de Syrie (décembre 2017) (13)

    Lire aussi:

    L’avocat de Christian Quesada dégaine une information choc sur la sexualité de son client
    Un «CRS» faisant la fête avec les Gilets jaunes: une révélation inattendue des policiers
    GNL américain: la Chine annonce la sentence
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik