Ecoutez Radio Sputnik
    la compagnie à bas prix Ryanair

    Mauvais côtés du low cost: un passager de Ryanair quitte l’avion par la sortie de secours

    © AP Photo/ Shawn Pogatchnik
    International
    URL courte
    561

    Face à la longue attente pour sortir de l’avion à l’aéroport, un passager du vol de Londres pour Malaga de la compagnie à bas prix Ryanair a quitté l’appareil par la sortie de secours.

    Un passager d'un vol de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair a quitté l'avion par la sortie de secours dans l'aéroport espagnol de Malaga.

    L'avion est arrivé à Malaga du Royaume-Uni avec une heure de retard. Malgré ce fait, les voyageurs n'ont pas été autorisés à sortir de l'appareil pendant une demi-heure sans aucune explication.

    Ceci aurait ainsi été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour le Polonais Victor. Sur une vidéo publiée par un autre passager, il ouvre la porte de la sortie de secours et sort avec son sac. L'homme s'assied sur l'aile, prêt à sauter.

    Cela étant, selon un autre voyageur, l'homme était asthmatique et a utilisé un inhalateur plusieurs fois pendant le vol. Quand il a eu une nouvelle crise, après l'atterrissage, il a demandé de le laisser quitter l'avion. Toutefois, cela lui a été refusé, donc, il a décidé de sortir par lui-même.

    L'équipage a rapidement réagi. Alors que les pilotes contactaient les services de l'aéroport, les stewards négociaient avec le voyageur impatient. Peu après, ils ont réussi à le convaincre de revenir à bord.

    Finalement, l'intrépide a été remis à la police locale. Il risque une forte amende.

    Lire aussi:

    Un voyageur filme la panique à bord d’un avion suite à une collision à Toronto
    Un accro au travail provoque l’atterrissage d’urgence d’un avion en Chine
    Vol USA-République Dominicaine: un avion fait demi-tour à cause d’une odeur désagréable
    Tags:
    asthme, vol, avion, passager, voyageur, Ryanair, Londres, Malaga, Royaume-Uni, Espagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik