International
URL courte
4160
S'abonner

Les autorités iraniennes ont libéré sous caution la plupart des personnes arrêtées lors des manifestations qui se sont déroulées dans plusieurs villes du pays, a annoncé le représentant des forces de sécurité intérieure de la République islamique.

La majorité de ceux qui avaient pris part aux manifestations ayant eu lieu dans de nombreuses villes iraniennes, dont certaines avaient dégénéré et fait des victimes, ont été libérés sous caution par le gouvernement de la République islamique, a déclaré le représentant des forces de sécurité intérieure de l'Iran cité par l'agence Fars.

«La plupart des citoyens influencés [par les rebelles, ndlr], ont été libérés sous caution. Ceux qui ont insulté [par leurs actions, ndlr] la République islamique, les fauteurs des troubles sont en garde à vue et seront jugés.»

Les manifestations ont commencé le 28 décembre dans plusieurs villes iraniennes, dont certaines ont dégénéré et fait des victimes, y compris parmi les représentants des forces de l'ordre.

Le 3 janvier, le commandant du corps des Gardiens de la révolution islamique Mohammad Ali Jafari a déclaré que les troubles dans le pays s'étaient soldés par un échec pour les manifestants.

Commentant la situation, le Président iranien Hassan Rohani a assuré que manifester était un droit constitutionnel du peuple, mais a mis en garde contre les violences. Il a en outre indiqué que les manifestations étaient aussi bien fomentées de l'extérieur que motivées par des problèmes internes.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, plus de 10 morts et 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Jugée «trop dénudée», une femme refoulée d’un supermarché du Var à cause de son décolleté – photo
Tags:
rebelles, victimes, violences, manifestation, Hassan Rohani, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook