International
URL courte
741149
S'abonner

Une congressiste américaine a estimé que le bouclier antimissile déployé dans son pays était insuffisamment efficace pour parer une attaque nucléaire de ses adversaires potentiels.

Le bouclier antimissile déployé sur le sol des États-Unis n'est pas capable de parer une attaque nucléaire massive de leurs adversaires potentiels, que ce soit la Russie, la Chine, la Corée du Nord ou l'Iran, a estimé Elise Stefanik, congressiste américaine dans un article publié par le Washington Examiner.

«Les États-Unis font face à une menace croissante qui provient non seulement de la Corée du Nord et de l'Iran, mais également de la Russie et de la Chine. Aspirant à accroître leur influence géopolitique, ces deux pays nous défient sur tous les fronts et minent les intérêts de notre sécurité nationale», a écrit la parlementaire.

Elle a rappelé que seulement 10 sur 18 tests du bouclier antimissile avaient été couronnés de succès et ce, dans des conditions qui n'imitaient pas une attaque réelle.

Stefanik a noté que pour détruire un missile ennemi, il fallait tirer quatre missiles intercepteurs, ce qui influe négativement sur la capacité de la DCA à parer les attaques suivantes, car l'adversaire potentiel peut lancer d'abord des missiles leurres pour faire passer sans encombre le missile nucléaire.

La congressiste a également rappelé que le bouclier antimissile était déployé en Alaska et en Californie, laissant sans protection la côte Est des États-Unis.

Pour remédier à cette situation, Stefanik a proposé de déployer une partie des missiles intercepteurs à Fort Drum, près de New York.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Macron n’inspire plus confiance aux Français et recourt à l’«autodéfense agressive», selon la presse allemande
Des passagers maîtrisent un homme avec une crosse dépassant de son sac dans le TER
Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Tags:
défense antimissile, Corée du Nord, Iran, Chine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook