Ecoutez Radio Sputnik
    Gavin Williamson

    Scandale sexuel vs menace russe: dans quel but ce ministre UK jongle-t-il avec les infos?

    © AP Photo / David Mirzoeff
    International
    URL courte
    329

    Le secrétaire britannique à la Défense Gavin Williamson avoue avoir eu une liaison au travail et, le même jour, choisit de mettre en garde la population contre une éventuelle «agression russe» d'envergure. La presse a vite supposé que c'était une stratégie de diversion, mais pour détourner l'attention de l'opinion de quels propos exactement?

    Vie privée et sécurité nationale: Gavin Williamson, le secrétaire britannique à la Défense âgé de 41 ans, a fait aux médias deux révélations sensationnelles au cours d'une seule et même journée. Deux nouvelles ont donc retenti comme un coup de tonnerre à la fin de la semaine dernière, le 26 janvier: M.Williamson a affirmé qu'il avait démissionné du poste qu'il occupait dans une entreprise de fabrication de cheminées à cause d'une liaison avec une collègue. Il a également prévenu d'une éventuelle «agression russe» pouvant causer des milliers de morts.

    D'où l'envie de se précipiter pour partager les deux informations retentissantes? Dans le contexte des rumeurs se propageant sur une liaison extra-conjugale passée, la mise en garde du ministère contre l'agression russe pourrait être une ruse pour laver sa réputation, indique le Daily Mail. Surtout vu que Gavin Williamson semble avoir l'ambition de devenir le leader des Tories (parti conservateur au Royaume-Uni) alors que Theresa May subit des pressions, selon les déclarations de hauts responsables du parti.

    Pour mettre les points sur les i, une petite plongée dans les publications s'impose. Le secrétaire à la Défense a dû avouer au Times, parce que des rumeurs se répandaient déjà, qu'il avait eu une liaison avec une subordonnées en 2004, à l'époque où il travaillait comme directeur de la société Engin and Hall. Il a démissionné dès que cette relation est devenue de notoriété publique, mais l'affaire a failli détruire son mariage.

    Sa famille «est tout» pour lui, comme il l'a ensuite déclaré, tout en insistant qu'il n'avait fait que flirter et embrasser son ancienne collègue.

    En même temps, dans un entretien accordé au Telegraph, il a évoqué la capacité de la Russie à perturber l'approvisionnement en électricité du Royaume-Uni et à causer la panique, le chaos et «des milliers et des milliers de morts». La déclaration du ministre a rendu furieux les services de renseignement britanniques. Une source au sein du renseignement l'a accusé de divulguer des données confidentielles, une autre a qualifié son avertissement de propos d'amateur.

    M.Williamson a de son côté insisté sur le fait qu'il n'avait pas fait «fuiter» d'informations classées top secret pour détourner l'attention publique du scandale qui concerne sa vie privée. Les rumeurs dénigrantes, selon ses alliés, ont été diffusées par ses rivaux politiques.

    Tout de même, ce scandale a porté un coup aux espoirs de Gavin Williamson de devenir le successeur de Theresa May à la tête du parti conservateur, constate le Daily Mail, vu qu'il a eu à répondre à de nombreuses questions.

    Un parlementaire britannique a de son côté confirmé au journal iNews que «Gavin espère devenir leader [des Tories], c'est clair», tandis qu'un ex-ministre l'a qualifié de «personnalité ambitieuse».

    Quel que soit l'objectif réel de M.Williamson, le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, a supposé que ce premier «avait apparemment perdu le sens des limites du raisonnable».

    Lire aussi:

    «La Russie devrait partir et se taire»: Londres sur une réponse possible de Moscou
    Le chef de la défense UK regrette-t-il d’avoir dit que «la Russie devrait se taire»?
    Le «combat de chiens» pour les allocations militaires peut coûter cher à May
    Tags:
    menace russe, médias, démenti, documents confidentiels, liaison, scandale, défense, Tory, Gavin Williamson, Russie, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik