Ecoutez Radio Sputnik
    YouTube ne trouve pas de preuves de l’«ingérence» russe dans le référendum sur le Brexit

    YouTube ne trouve pas de preuves de l’«ingérence» russe dans le référendum sur le Brexit

    © REUTERS / Peter Nicholls
    International
    URL courte
    Brexit (2018) (68)
    4231

    YouTube n’a pas trouvé de preuves de l’implication présumée de Moscou dans le référendum sur le Brexit, a annoncé la directrice en charge des communications avec les organismes publics.

    Aucune preuve n'a été découverte qui démontre l'ingérence présumée de la Russie dans le référendum sur le Brexit, a déclaré la directrice en charge des communications avec les organismes publics, Juniper Downs.

    «Nous avons mené une enquête approfondie concernant le référendum sur le Brexit et n'avons trouvé aucune preuve d'une quelconque ingérence. Nous avons examiné toutes les publicités ayant un lien avec la Russie, mais nous n'avons pu découvrir de preuves qui indiquent que nos outils ont été utilisés pour interférer dans la tenue du référendum.»

    Plus tôt, c'était le site de Twitter qui a annoncé ne pas disposer de preuves de la prétendue ingérence de la Russie dans le référendum sur le Brexit, dans une lettre adressée par l'entreprise au comité de la Chambre des communes du Royaume-Uni en charge des technologies numériques, de la culture, des médias et du sport.

    Les parlementaires britanniques mènent une enquête concernant une prétendue ingérence russe dans le référendum sur la sortie de l'UE qui s'est tenu en 2016. Cela étant dit, les autorités britanniques déclarent n'avoir aucune preuve d'une telle ingérence.

    Dossier:
    Brexit (2018) (68)

    Lire aussi:

    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    Le Panama condamne «les activités illégales» du pétrolier arraisonné par l'Iran et lui retire son pavillon
    L’Algérie livre les détails de la rétention de son pétrolier par l’Iran
    Tags:
    ingérence russe, Brexit, YouTube, Juniper Downs, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik