International
URL courte
Affaire Skripal (128)
26349
S'abonner

Londres a refusé d’accorder à Moscou l’accès à l’ancien officier du GRU Sergueï Skripal, ayant ainsi décliné la demande faite par la Russie. Le motif de ce refus a été expliqué par le fait que la partie britannique considérait M.Skripal comme un citoyen britannique.

La partie britannique a répondu par un refus à la demande de Moscou d'accorder un accès à l'ancien officier du GRU Sergueï Skripal qui a été empoisonné avec sa fille Ioulia le 4 mars, a annoncé l'ambassade de Russie à Londres.

«Nous avons demandé un accès consulaire à Sergueï Skripal ainsi qu'à sa fille par la même note. Nous avons reçu un refus puisque la partie britannique le considère comme un citoyen britannique», a expliqué la mission diplomatique russe, citée par des médias.

L'ambassadeur russe à Londres, Alexandre Iakovenko a également commenté cette situation.

«En réalité, personne ne sait rien sur Ioulia et Sergueï Skripal. À propos, tous les deux sont des citoyens russes», a-t-il déclaré à l'antenne de la chaîne de télévision russe NTV.

Plus tôt, il a été communiqué que malgré de multiples demandes de Moscou, le Royaume-Uni ne lui transmettra pas d'échantillons de la substance utilisée pour l'empoisonnement de Sergueï Skripal, et de sa fille.

Le 11 mars, la Première ministre britannique Theresa May a accusé la Russie d'implication dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations. Qualifiant l'affaire de «provocation», la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a de son côté estimé que les propos de la Première ministre britannique étaient un «cirque en plein parlement».

Mercredi, elle a expulsé 23 diplomates russes du pays et a suspendu tous les contacts bilatéraux de haut niveau avec la Russie.

Le 4 mars 2018, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. M.Skripal a reçu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis.

Dossier:
Affaire Skripal (128)

Lire aussi:

Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Pfizer va réduire temporairement ses livraisons de vaccin en Europe
Tags:
accès, enquête, empoisonnement, Maria Zakharova, Theresa May, Alexandre Iakovenko, Sergueï Skripal, Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook