Ecoutez Radio Sputnik
    Palace of Westminster in London

    Skripal: Londres refuse à Moscou des échantillons, un auteur du gaz explique pourquoi

    © Sputnik . Vladimir Pesnya
    International
    URL courte
    Affaire Skripal (126)
    431416

    L’analyse des échantillons recueillis à Salisbury permettra d’établir que l’agent neurotoxique identifié comme A-234 et utilisé contre l’agent double russe Sergueï Skripal n’a pas été produit en Russie, a déclaré à Sputnik Léonid Rink, l’un des créateurs du gaz Novitchok.

    Londres refuse de transférer à Moscou des échantillons du gaz innervant avec lequel ont été empoisonnés l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille Youlia, car leur analyse permettra d'identifier l'origine de la substance, estime dans une interview à Sputnik Léonid Rink, l'un des créateurs du gaz Novitchok, classifié par les Britanniques comme A-234.

    «Pourquoi les Britanniques ne donnent-ils pas d'échantillon à Moscou? Parce que malgré tous les efforts déployés par les spécialistes, la technologie sera toujours légèrement différente. C'est une sorte d' "écriture"».

    Selon lui, ceux qui ont synthétisé le gaz utilisé contre Skripal auraient pu ignorer la composition de nombreux composants de la substance. «De ce fait, l'échantillon de Salisbury constitue un "dactylogramme" pour un criminaliste. On pourra tout de suite dire qu'il n'a pas été "concocté" en Russie», poursuit-il.

    Léonid Rink a par ailleurs qualifié de «non-sens» l'hypothèse selon laquelle le gaz neurotoxique aurait été transporté dans une valise de Youlia Skripal. Dans ce cas-là, l'échantillon n'aurait pas pu arriver à Londres intact, a-t-il expliqué.

    Les accusations d'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia ont été portées contre Moscou par Londres une semaine avant la tenue de la présidentielle russe. La Première ministre britannique Theresa May a affirmé que Moscou était impliqué dans cette affaire, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    Moscou a qualifié ces accusations gratuites de «cirque» avant d'expulser à son tour 23 diplomates britanniques.

    Sergueï Skripal, un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, ainsi que sa fille ont été retrouvés inconscients le 4 mars 2018 aux abords d'un centre commercial de Salisbury, au Royaume-Uni. Recruté comme agent double par les services britanniques en 1995 et condamné en Russie à 13 ans de prison pour trahison, M.Skripal a obtenu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis.

    Dossier:
    Affaire Skripal (126)

    Lire aussi:

    Un créateur de l’agent Novitchok évoque qui aurait pu empoisonner Skripal
    Les diplomates expulsés quittent l'ambassade britannique à Moscou (vidéo)
    Moscou: soit Londres est incapable de se protéger, soit il est derrière l’affaire Skripal
    Tags:
    A234, Sergueï Skripal, Salisbury, Londres, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik