Ecoutez Radio Sputnik
    Ghouta orientale (image d'illustration)

    Un sénateur russe précise le but de l’«intox» sur une soi-disant attaque chimique en Syrie

    © REUTERS / Bassam Khabieh
    International
    URL courte
    Attaque chimique présumée à Douma (79)
    18681

    Les États-Unis propagent de fausses informations sur une soi-disant utilisation d'armes chimiques en Syrie pour torpiller le retrait des djihadistes de Douma, a déclaré un sénateur russe.

    La diffusion de fake news sur des attaques chimiques présumées que les troupes syriennes auraient menées dans la Ghouta orientale n'est qu'une tentative des États-Unis d'empêcher le retrait des radicaux de Douma, a déclaré le président de la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) Konstantin Kossatchev sur sa page Facebook.

    L'homme politique russe a précisé que «le but de cette nouvelle intox par des "créateurs de fakes" est assez évident et dénoué d'originalité: torpiller le retrait des extrémistes de Jaych al-Islam de la ville de Douma et saboter l'offensive des forces gouvernementales syriennes».

    «Mais les États-Unis, bien entendu, se précipitent pour utiliser l'intox à leurs propres fins, tenant compte que l'incident lié aux Skripal, autour duquel les Britanniques ont rassemblé leurs alliés avec enthousiasme, est de plus en plus "flottant".»

    D'après M.Kossatchev, Washington est même allé plus loin dans ses allégations que Londres avec sa célèbre déclaration «highly likely» («extrêmement probable»). Le sénateur russe a ajouté que «Washington craignait comme le feu les discussions qui se fondent sur des faits et sur des investigations indépendantes».

    «C'est plus facile pour lui de s'appuyer sur les fournisseurs de fake news, comme les Casques blancs, comme c'est le cas cette fois», a souligné le sénateur.

    Le groupe extrémiste Jaych al-Islam a accusé les forces gouvernementales d'avoir eu recours le 7 avril à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Les États-Unis se sont alignés sur ces accusations.

    Le lendemain, la diplomatie russe a qualifié d'«intox» ces informations.

    «Les intox sur un recours au chlore et à d'autres substances toxiques par l'armée syrienne se poursuivent. Une énième information fabriquée de ce type, qui concernerait une attaque chimique présumée contre Douma, a émergé hier», a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué diffusé ce dimanche.

    Le ministère a ajouté que les Casques blancs, cités comme étant l'une des sources de cette information, «ont à plusieurs reprises été pointés du doigt pour leurs liens avec les terroristes».

    Le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le général Youri Evtouchenko, a rappelé ce dimanche que l'opération sur le retrait des radicaux du groupe Jaych al-Islam de la ville syrienne de Douma commençait le 8 avril. Selon lui, certains pays occidentaux entreprennent des mesures pour perturber cette opération, en utilisant le thème de l'utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales syriennes.

    Dossier:
    Attaque chimique présumée à Douma (79)

    Lire aussi:

    Attaque chimique présumée: les USA n’excluent pas une opération militaire contre la Syrie
    Moscou: aucune arme chimique n'a été utilisée à Douma
    Attaque chimique présumée: les USA examineront d’éventuelles mesures «dès dimanche»
    Tags:
    désinformation, attaque chimique, Konstantin Kossatchev, Donald Trump, Douma, Ghouta orientale, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik