International
URL courte
11476
S'abonner

Moscou a dénoncé le recours à la force contre les civils palestiniens à Gaza tout en appelant les deux parties à s'abstenir de toute démarche provocatrice.

Dans un communiqué diffusé lundi, le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié d'«absolument inacceptable» le recours à la force contre la population civile dans la bande de Gaza.

«Nous appelons une fois de plus les Palestiniens ainsi que les Israéliens à s'abstenir de toute démarche susceptible de provoquer une nouvelle escalade de tensions dangereuses», a indiqué le ministère.

Le 31 mars, des dizaines de milliers de Palestiniens se sont rassemblés à la frontière avec Israël dans le cadre d'une «marche du retour» pour dénoncer le blocus de l'enclave et exiger le droit au retour des réfugiés. La manifestation a vite dégénéré, l'armée israélienne ayant tiré à balles réelles sur la foule, faisant au moins 15 morts.

Pendant les heurts qui se sont poursuivis dans la zone, le bilan des morts côté palestinien a atteint 30 personnes, selon la diplomatie russe. «D'ailleurs, le 9 avril, l'aviation israélienne a réalisé plusieurs frappes contre des cibles à Gaza», constate le ministère.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé à mener une enquête indépendante sur les sanglants affrontements dans la bande de Gaza. Le 7 avril, Washington a bloqué un projet de déclaration du Conseil de sécurité de l'Onu sur la situation dans l'enclave palestinienne.

Lire aussi:

«Scénario cauchemardesque»: une infection fongique indestructible prolifère aux USA
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Vêtue d’un t-shirt Charlie Hebdo, une ex-musulmane se fait poignarder en plein centre de Londres
Un policier brûlé au 2e degré dans le 94 après que des assaillants ont posé un mortier dans sa voiture - vidéo
Tags:
réfugiés palestiniens, manifestation, tensions, conflit israélo-palestinien, Russie, Israël, Gaza
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook