Ecoutez Radio Sputnik
    Spirale

    Nouvelles sanctions US antirusses, «une spirale diabolique»

    CC0 / Pixabay/stokpic
    International
    URL courte
    19445

    Les États-Unis ne cessent d’adopter des sanctions infondées contre Moscou, provoquant des mesures symétriques russes. Selon Guy Mettan, journaliste et homme politique suisse, «personne n’est en mesure d’arrêter cette spirale diabolique» où les sanctions sont une arme de destruction massive.

    Les sanctions adoptées par les États-Unis contre la Russie jouent le rôle d’arme de destruction massive, mais c’est un jeu mortellement dangereux pour l’humanité, a indiqué mardi Guy Mettan, directeur exécutif du Club suisse de la presse et auteur du livre «Russie-Occident, une guerre de mille ans: La russophobie de Charlemagne à la crise ukrainienne» dans une interview accordée en anglais à Sputnik.

    «De nos jours, les sanctions économiques sont utilisées comme une arme de destruction massive visant les pays dont la politique ne répond pas aux intérêts des pays occidentaux […]. Les États-Unis utilisent leurs sanctions économiques comme une arme de destruction massive contre les pays qu’ils considèrent comme ennemis ou concurrents déloyaux», a indiqué M.Mettan.

    Et cette politique prend de l’ampleur, à son avis. Jusqu'à très récemment, des sanctions visaient des petits États comme Cuba, l’Irak, l’Iran ou la Corée du Nord. À présent, cette «arme économique» cible le Venezuela, la Russie et la Chine.

    M.Mettan a rappelé que les sanctions américaines, imposées régulièrement à Moscou par Washington depuis l’élection du Président Trump, n’«ont aucun fondement» et reposent sur des suppositions, ce qui permet de les adopter «à tout moment».

    «Chaque mois, on invente une nouvelle affaire pour faire monter la tension et augmenter la distance entre les États-Unis et la Russie: une attaque chimique en Syrie, une affaire de dopage dans le sport, des bombardements du Donbass ou un empoisonnement au Royaume-Uni», a rappelé le journaliste.

    Selon lui, il faut s’attendre à un nouveau scandale monté de toutes pièces destiné à saboter le Mondial 2018 de football en Russie, parce que l’affaire Skripal n’a pas donné les résultats escomptés et que «la théorie d’attaque russe contre une démocratie britannique innocente devient de moins en moins convaincante».

    Mais la Russie se défend en prenant des mesures de rétorsion et «ce jeu peut durer éternellement», d’après lui.

    «Le problème est que personne n’est plus en mesure d’arrêter cette spirale diabolique […]. La tension n’a jamais été si forte, même pendant la guerre froide […]. L’expulsion des diplomates marque le début d’une nouvelle époque de "sanctions diplomatiques". C’est très dangereux parce que cela diminue le champ du dialogue entre les pays et nos prédécesseurs ont toujours essayé de l’éviter», a noté M.Mettan.

    Il a appelé la Russie à garder son sang-froid face à ces provocations pour ne pas aggraver la situation.

    «J’espère qu’un jour, la société occidentale comprendra la vraie nature de ce jeu insensé et mortellement dangereux pour l’humanité», a conclu le journaliste.

    Lire aussi:

    Pourquoi les États-Unis doivent-ils arrêter d’imposer des sanctions à tort et à travers
    Moscou révèle ce que les sanctions occidentales lui ont fait comprendre
    «Sanctions de l'enfer» ou sanctions antirusses: les analystes US désignent le vainqueur
    Tags:
    armes de destruction massive, concurrence, sanctions, Russie-Occident, une guerre de mille ans: La russophobie de Charlemagne à la crise ukrainienne, Club suisse de la presse, Donald Trump, Guy Mettan, Occident, Cuba, Venezuela, Corée du Nord, Iran, Chine, Irak, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik