Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin de Moscou

    Kremlin: aucune preuve attestant l’emploi d’armes chimiques à Douma

    © Sputnik . Natalya Seliverstova
    International
    URL courte
    Attaque chimique présumée à Douma (79)
    5233

    La partie russe a de nouveau dénoncé comme infondées les allégations sur de terribles conséquences d'une présumée attaque chimique perpétrée à Douma par les troupes syriennes.

    Les rapports faisant état des conséquences monstrueuses de l'emploi d'armes chimiques dans la ville syrienne de Douma sont infondés, a déclaré mercredi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

    «Nous ne sommes pas d'accord avec ces déclarations. De plus, nous estimons que ces informations (…) ne reposent pas sur des données réelles», a indiqué M.Peskov s'exprimant devant les journalistes.

    Les radicaux du groupe Jaych al-Islam ont précédemment accusé les forces gouvernementales syriennes d'avoir eu recours, samedi 7 avril, à des armes chimiques contre un hôpital de Douma, dans la Ghouta orientale. Ces allégations ont été reprises par les puissances occidentales, le Président américain Donald Trump ayant annoncé que la Syrie devrait «payer le prix fort pour l'attaque chimique».

    La diplomatie russe a pour sa part qualifié ces informations d'«intox» destinées à justifier les éventuelles frappes étrangères contre les forces syriennes. Il convient de rappeler que le 13 mars dernier l'état-major interarmées russes avait prévenu que les radicaux de la Ghouta orientale préparaient une provocation mettant en scène une attaque chimique.

    Dossier:
    Attaque chimique présumée à Douma (79)

    Lire aussi:

    Moscou: les photos des «victimes» de l'attaque chimique présumée en Syrie sont fausses
    «Tous payeront»: Trump promet une décision sur l’«attaque chimique» en Syrie
    «Vengeance rapide»: l’UK va bombarder la Syrie? May répond à Trump
    Tags:
    attaque chimique, provocation, Donald Trump, Dmitri Peskov, Ghouta orientale, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik