Ecoutez Radio Sputnik
    Le Pentagone

    Le Pentagone réagit aux propos de Trump sur l’attaque américaine contre la Syrie

    © AP Photo / Jack Mueller
    International
    URL courte
    5711201
    S'abonner

    Après que Donald Trump a promis à la Russie sur Twitter une attaque imminente de missiles américains contre la Syrie, le Pentagone s’est aussi exprimé à ce sujet.

    Le département américain de la Défense a réagi mercredi à la déclaration de Donald Trump sur une attaque de missiles américains contre la Syrie.

    «Nous ne commentons pas les actions militaires à venir», a indiqué le porte-parole du Pentagone Eric Pahon avant d’appeler à s’adresser à la Maison-Blanche pour tout commentaire concernant le message de M.Trump sur Twitter.

    Il a toutefois noté que la présumée attaque chimique perpétrée dans la ville syrienne de Douma, «impliquait une réponse internationale immédiate».

    La chaîne de télévision NBC a plus tard annoncé, se référant au chef du Pentagone James Mattis, que les États-Unis analysaient toujours les données sur l'attaque chimique présumée de Douma, mais que les militaires étaient prêts à agir si le Président Trump donne un ordre approprié.

    «Nous sommes en train d'étudier les données de renseignement, les nôtres et celles de nos alliés […]. Nous sommes prêts à fournir les options militaires si elles semblent appropriées, comme le Président l'a estimé», a indiqué M.Mattis.

    Le Président Trump a adressé mercredi à Moscou un tweet agressif, invitant les forces russes déployées sur le sol syrien à «être prêtes» à contrer les missiles américains, alors que les tensions  autour de la Syrie s’exacerbent. Il avait précédemment promis une réponse «forte» visant à faire «payer» le dirigeant syrien Bachar el-Assad et ses alliés, dont Moscou et Téhéran, pour la présumée attaque chimique de Douma.
    Tags:
    attaque de missiles, attaque chimique, missiles, Pentagone, James Mattis, Eric Pahon, Donald Trump, Douma, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik