Ecoutez Radio Sputnik
    La résidence officielle et le lieu de travail du Premier ministre du Royaume-Uni

    Londres serait prêt à participer à une opération militaire en Syrie

    © AFP 2018 JUSTIN TALLIS
    International
    URL courte
    668122

    Le Royaume-Uni serait prêt à se joindre à une intervention militaire en Syrie montée en représailles à l'attaque chimique présumée de Douma, selon certains médias. En cas d'intervention, Theresa May donnerait son feu vert sans avoir sollicité l'aval du Parlement.

    Londres pourrait prendre part à l'opération militaire en Syrie organisée en réaction à la présumée attaque chimique du 7 avril à Douma, une banlieue de Damas, a affirmé mercredi la chaîne de télévision britannique BBC.

    «Theresa May serait prête à se joindre aux hostilités contre le Président Bachar al-Assad sans l'accord préliminaire du Parlement», a indiqué la BBC citant ses propres sources.

    Selon la chaîne, Mme May estimerait qu'il faut agir sans tarder. En plus, la Première ministre ne voudrait pas retarder la décision de Donald Trump sur l'intervention militaire en Syrie et cherche à éviter tout atermoiement provoqué par l'examen de la question au Parlement.

    Selon le journal The Times, la Première ministre britannique aurait dit à Donald Trump que le Royaume-Uni avait besoin de plus de preuves d'une attaque chimique présumée en Syrie avant de se joindre à une éventuelle action militaire contre ce pays.

    Le Président américain avait promis lundi de décider sous 24 ou 48 heures quelles mesures les États-Unis prendraient en réaction à l'emploi d'armes chimiques présumé en Syrie. Le Foreign office a annoncé mardi que Theresa May, Donald Trump et Emmanuel Macron étaient convenus que la communauté internationale devait réagir à l'attaque chimique présumée de Douma.

    En août 2013, les parlementaires britanniques avaient voté contre la participation de Londres aux frappes aériennes contre la Syrie, mais le vote du parlement n'est pas obligatoire lorsqu'il s'agit de ce type de dossiers. La décision de participer ou non à des opérations militaires relève du Premier ministre britannique.

    Lire aussi:

    «Nous sommes prêts»: la Royal Air Force en état d’alerte pour frapper la Syrie
    Londres demande de lui réserver l'espace aérien autour de sa base à Chypre
    Damas: la Syrie se défendra dans le cas d'une agression des USA et de leurs alliés
    Tags:
    opération militaire, Foreign Office, Donald Trump, Theresa May, Royaume-Uni, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik