Ecoutez Radio Sputnik
    Action de protestation contre les frappes occidentales sur la Syrie à New York

    Ce qui se cache derrière le concept d’«intervention humanitaire» employé par l’Occident

    © REUTERS / Lucas Jackson
    International
    URL courte
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)
    8260

    Qu’entendent les pays ayant frappé la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril par le terme d’intervention humanitaire? Le vice-premier ministre russe des Affaires étrangères livre sa vision de cette notion appelée, selon lui, à justifier le recours à la force dans un pays tiers.

    L’Occident emploie la notion d’«intervention humanitaire» pour justifier les frappes sur la Syrie, a déclaré lundi aux journalistes le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov.

    «Ce qu’ont commencé à dire, notamment les représentants britanniques, au sujet du format d’une intervention humanitaire dépasse l'ordinaire. Car le concept d’intervention humanitaire n’a jamais été approuvé par personne, sauf le Royaume-Uni, les États-Unis et le groupe de pays animés du même esprit. C’est-à-dire qu’ils ont inventé une notion que les autres pays critiquent depuis longtemps et qu’ils se servent de leur propre concept pour justifier le recours à la force», a indiqué M.Riabkov.

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont attaqué dans la nuit du 13 au 14 avril des sites d'infrastructures militaires de la Syrie. Cette coalition tripartite a tiré 103 missiles, dont 71 ont été abattus à l'approche de leurs objectifs, selon la Défense russe. L'année dernière, l'aérodrome militaire syrien de Shayrat avait déjà été attaqué par 59 missiles.

    Pour justifier leurs actions, Washington et ses alliés ont affirmé que ces frappes étaient une riposte à l'attaque chimique présumée dans la ville de Douma.

    Les autorités syriennes ont toujours démenti cette attaque alors que le ministère russe de la Défense a déclaré qu'il s'agissait d'une mise en scène.

    Dossier:
    Frappes des États-Unis et de leurs alliés contre la Syrie (113)

    Lire aussi:

    La Russie a-t-elle été prévenue des frappes occidentales?
    Moscou: de nouvelles frappes contre la Syrie entraîneront une réaction plus dure
    Les frappes contre Damas, une «mise à l’épreuve des capacités de la DCA syrienne»
    Tags:
    intervention, ministère russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, Royaume-Uni, France, États-Unis, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik