Ecoutez Radio Sputnik
    Douma

    La Défense russe annonce la découverte d'un laboratoire chimique de radicaux à Douma

    © AFP 2018 Sameer Al-Doumy
    International
    URL courte
    Attaque chimique présumée à Douma (79)
    441344

    Les experts russes ont découvert à Douma, en Syrie, un laboratoire de fabrication d'armes chimiques appartenant aux radicaux et recelant des éléments pour la production de gaz moutarde ainsi qu'une bouteille de chlore.

    Un laboratoire d'armes chimiques appartenant aux radicaux a été localisé dans la ville syrienne de Douma par les militaires russes.

    «Lors de notre visite à Douma, nous avons trouvé un laboratoire chimique et un entrepôt de substances chimiques», a déclaré mardi Alexandre Rodionov, chef du groupe d'experts, à la chaîne de télévision Rossiya 24.

    Il a précisé que les spécialistes avaient découvert des substances chimiques sous contrôle de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC) pouvant servir notamment à la fabrication de l'ypérite à l'azote et de l'ypérite au soufre.

    En outre, Alexandre Rodionov a constaté la présence «d'une bouteille de chlore semblable à celle utilisée par les radicaux pour mettre en scène le faux qui a été repris par la suite par les médias. On peut en conclure que ce laboratoire était utilisé par des formations armées illégales pour produire des substances toxiques».

    Le ministère russe de la Défense avait précédemment déclaré que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) pourrait travailler librement à Douma.

    «Le Centre pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie est prêt à garantir la sécurité des experts de l'OIAC dans la Ghouta orientale, à mettre à leur disposition des moyens de transport et à assurer leur protection par les forces de la police militaire russe», a déclaré lundi le général de brigade Youri Evtouchenko, chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont porté des frappes contre la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril. Le bombardement a été mené au prétexte d'une opération visant à éliminer de prétendues armes chimiques suite à l'attaque chimique qui aurait été perpétrée le 7 avril à Douma, près de Damas, selon les pays occidentaux.

    La Russie a démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes. Les militaires russes ont qualifié de fausses les photos de victimes de la prétendue attaque chimique à Douma, publiées par les Casques blancs sur les réseaux sociaux. Moscou estime que l'objectif de ces informations mensongères est de protéger les terroristes et de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    Une mission de l'OIAC est arrivée le 14 avril, soit après le bombardement occidental, à Damas pour enquêter sur l'attaque prétendue à Douma.

    Dossier:
    Attaque chimique présumée à Douma (79)

    Lire aussi:

    Les inspecteurs de l'OIAC entrent dans Douma
    Lavrov: la frappe occidentale contre la Syrie visait à saper la mission de l'OIAC
    De nouveaux faits sur un laboratoire chimique clandestin à Douma
    Tags:
    attaque chimique, gaz moutarde, Casques blancs syriens, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Rossiya 24 (chaîne de télévision), OIAC, Alexandre Rodionov, Iouri Evtouchenko, Douma, Ghouta orientale, Damas, Royaume-Uni, Syrie, France, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik