Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    Achat de S-400 par Ankara: «des sanctions US seraient un pas erroné et irréfléchi»

    © Sputnik . Sergei Malgavko
    International
    URL courte
    20520

    Washington met en garde la Turquie contre l'achat de S-400 russes qui pourrait se répercuter de façon négative sur la participation d’Ankara au programme F-35, un chasseur américain de cinquième génération. L’adoption de sanctions par les États-Unis serait «absolument absurde», a déclaré à Sputnik un parlementaire turc.

    Une telle démarche serait contraire à l'esprit même des relations des alliés au sein de l'Otan, dont la Turquie fait partie depuis 70 ans, et affecterait les rapports déjà tendus entre Ankara et Washington, a indiqué à Sputnik Berat Conkar, député du Parti de la justice et du développement turc (AKP, au pouvoir).

    «S'il s'agit toutefois de sanctions, les Américains, en tant qu'alliés de la Turquie dans l'Otan, ne pourront invoquer aucune raison valable pour appuyer une telle démarche qui ne manquerait certainement pas de provoquer une division au sein même de l'Alliance», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Et d'ajouter que des sanctions américaines dans un tel cas seraient inadmissibles car il s'agit de garantir la sécurité ce qui constitue l'une des grandes priorités de la Turquie.

    «Des sanctions des États-Unis seraient un pas erroné et irréfléchi», a martelé le député.

    «La Turquie reste fidèle aux projets réalisés en commun avec ses alliés, mais si ces derniers se comportent envers elle de façon injuste et inadmissible, Ankara sera prêt à considérer d'autres variantes de coopération dans ce domaine», a averti M.Conkar.

    Selon le secrétaire d'État adjoint des États-Unis, Wess Mitchell, l'achat par Ankara de systèmes de missiles russes S-400 risque d'avoir un impact négatif sur la livraison à la Turquie de chasseurs américains de cinquième génération F-35. La Turquie prendra des mesures de rétorsion contre les États-Unis si Washington bloque la livraison à Ankara de chasseurs F-35, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu.

    Lire aussi:

    Les S-400 russes livrés à la Turquie pourraient devenir «les yeux de Moscou»
    Livraisons des S-400 russes: Ankara n'accepte pas le langage des sanctions
    Rapprochement Moscou-Ankara: l’Otan a-t-il à se préoccuper?
    Tags:
    missiles, achat, livraisons, sanctions, F-35A, S-400, Sputnik, OTAN, Wess Mitchell, Ahmet Berat Conkar, Mevlut Cavusoglu, Turquie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik