Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires syriens dans une rue de la ville d'Hassaké (est de la Syrie)

    Comment l’arrestation de soldats français en Syrie modifie-t-elle l’équilibre des forces?

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    7431812

    Après que la semaine dernière des militaires français ont été arrêtés en Syrie, Akram al-Shalli du Centre de gestion des crises fait la lumière pour Sputnik sur la présence de ce contingent étranger sur le sol syrien et commente les propos que le Président russe a tenus lors son récent entretien avec son homologue syrien.

    Tandis qu'il a été signalé le 17 mai qu'un groupe de militaires français, qui se dirigeaient vraisemblablement vers Qamichli, dans la province syrienne de Hassaké, avait été arrêté, le spécialiste du Centre syrien de gestion des crises et des guerres de prévention, Akram al-Shalli, explique dans un entretien accordé à Sputnik que les forces armées syriennes détiennent actuellement en fait beaucoup d'officiers de différents pays étrangers.

    «L'armée syrienne a arrêté beaucoup d'officiers des services de renseignement des États-Unis, du Royaume-Uni, de pays arabes, d'Israël. A seul titre d'exemple, elle a environ 300 militaires français de différents rangs», a-t-il constaté.

    En même temps, le gouvernement de la République arabe syrienne subit des pressions, y compris pour libérer les soldats étrangers arrêtés.

    «Or, ces rêves sont voués à l'échec parce que, maintenant, ce sont les forces gouvernementales et de leurs alliés qui sont en position de force», a souligné M.Shalli, ajoutant que la dernière frappe de missiles contre la Syrie n'avait pas causé de dégâts importants, vu que «les agresseurs avaient indiqué à l'avance quels sites seraient pris pour cible. «Cela a été fait pour que les dirigeants occidentaux puissent ne pas perdre la face devant leurs peuples.»

    En cela, l'arrestation des militaires étrangers octroie un double avantage au gouvernement syrien: primo, ils n'ont pas pu mener à bien leur mission; secundo, c'est un atout supplémentaire à la table de négociations avec les forces étrangères.

    «Le règlement pacifique en Syrie dépend directement de la situation sur le champ de combat. Actuellement, les agresseurs reculent constamment et ne peuvent lancer aucune offensive sur les positions de l'armée. Donc, les autorités syriennes peuvent faire valoir leurs conditions», a conclu M.Shalli.

    En même temps, le chiffre avancé par Akram al-Shalli semble «totalement aberrant» pour Richard Labévière, ancien rédacteur en chef de RFI et géopolitologue français, fin connaisseur du dossier syrien.

    Selon lui, 300 prisonniers, cela représenterait en effet plus de la moitié des effectifs français déployés en Syrie, entre Kobané, Hassaké et Der-ez-Zor, en comptant les forces spéciales du COS (Commandement des opérations spéciales) ainsi que celles du Service action de la DGSE.

    «Le chiffre pose problème, je ne vois pas très bien comment on peut mettre la main sur 300 soldats d'un coup,» a insisté le journaliste dans un entretien accordé à Sputnik.

    Pour Richard Labévière, l'information de l'agence turque de Sputnik sur un convoi d'une vingtaine de véhicules, emportant 60 soldats français, serait plus crédible.

    «C'est relativement possible, voire confirmé officieusement», estime Richard Labévière qui avance une erreur de navigation. Le géopolitologue souligne qu'un tel évènement n'a en soit «rien d'extraordinaire» dans une «zone grise» d'une Syrie marquée par sept ans de guerre et où les zones de contrôles des différents belligérants s'entrecroisent.

    La semaine dernière, l'agence turque Anadolu a annoncé que les troupes gouvernementales syriennes avaient arrêté des dizaines de militaires français à un poste de contrôle dans la province de Hassaké, en Syrie. Les militaires se seraient dirigés vers Qamichli pour se rendre ensuite à Deir ez-Zor et se seraient retrouvés au poste de contrôle syrien par erreur, selon l'agence.

    Après que les soldats ont été arrêtés et interrogés, les Kurdes syriens y seraient arrivés et auraient confirmé que les Français les soutenaient. Ensuite, le convoi aurait pu se diriger vers Qamichli, d'après Anadolu.

    Recevant jeudi son homologue syrien Bachar el-Assad à Sotchi, le Président Poutine a déclaré qu'il comptait sur le retrait des forces armées étrangères de la République arabe syrienne.

    Lire aussi:

    Des dizaines de militaires français auraient été arrêtés en Syrie
    Pour tenter de garder un strapontin au Levant, la France à la remorque des États-Unis
    La France durcit le ton sur la Syrie… à contre-emploi?
    Tags:
    équilibre des forces, pressions, gouvernement, arrestation, militaires, armée, agression, Qamishli, Deir ez-Zor, Hassaké, Royaume-Uni, Israël, Syrie, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik