Ecoutez Radio Sputnik
    Bundestag (Archive)

    Le vice-président du Bundestag explique pourquoi l'UE ne peut pas se passer de la Russie

    CC BY 2.0 / Nick Perretti / The Bundestag
    International
    URL courte
    7290

    L'Europe doit intensifier sa coopération avec la Russie car il est impossible de résoudre plusieurs problèmes internationaux sans son concours, estime le vice-président du Bundestag, membre du parti social-démocrate allemand Thomas Opperman.

    Dans un article pour le journal Frankfurter Allgemeine intitulé «La Russie n'est pas notre ennemie», le vice-président du Bundestag et député du parti social-démocrate Thomas Opperman explique pourquoi l'Union européenne ne doit pas rompre avec la Russie.

    «Nous avons besoin d'une nouvelle initiative conjointe pour mettre en œuvre les accords de Minsk et relancer le processus de paix en Ukraine. L'Allemagne et l'Union européenne doivent travailler ensemble avec la Russie pour contenir la menace contre Israël provenant de l'Iran et préserver l'accord nucléaire (iranien, ndlr.). La gestion de l'après-guerre en Syrie est seulement possible en coopération avec la Russie, et les relations de l'Union européenne avec ce pays doivent être restaurées. De plus, les pays (de l'UE conjointement avec la Russie, ndlr.) doivent développer une initiative de désarmement», a déclaré M.Opperman.

    En outre, note le parlementaire, l'espace économique unique de Lisbonne à Vladivostok pourrait lancer une nouvelle dynamique en Europe, ce qui est particulièrement important dans le contexte des projets chinois de création d'une nouvelle route de la soie.

    Vladimir Poutine, écrit-il, est intéressé à travailler avec des partenaires occidentaux pour stimuler son économie nationale.

    De plus, la Coupe du Monde peut contribuer à l'apaisement des tensions entre la Russie et l'Allemagne, si les représentants de ces pays se rencontrent dans une atmosphère informelle, estime le député. C'est pourquoi l'équipe de football du Bundestag va organiser un match contre leurs collègues de la Douma d'État russe avant le début de la Coupe du Monde, a-t-il révélé.

    Dans le même temps, selon M.Opperman, il ne faut pas oublier les désaccords avec Moscou, notamment sur le conflit ukrainien, la question de la Crimée, la situation en Syrie et les cyberattaques présumées des hackers russes contre des pays occidentaux.

    Plus tôt, la co-présidente du parti Die Linke, Sarah Wagenknecht, avcait déclaré que le rapprochement avec la Russie était dans l'intérêt de l'Europe, car cela assurerait la sécurité et permettrait le désarmement. La femme politique avait appelé à la fin de la «période glaciaire dans les relations avec Moscou.»

    «Les sanctions portent principalement atteinte aux entreprises européennes et notamment allemandes, il est donc dans notre intérêt de les annuler», a-t-elle déclaré.

    Lire aussi:

    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    EN CONTINU Au moins 13 blessés dans une explosion à Lyon: Macron parle d’une «attaque» (images)
    Au Maroc, «l’atmosphère est particulièrement hostile à ceux qui ne veulent pas jeûner»
    Tags:
    sanctions, Bundestag, Union européenne (UE), Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik