International
URL courte
2181
S'abonner

Reçu par Angela Merkel lundi à Berlin, le Premier ministre italien Giuseppe Conte a espéré qu’une solution européenne à la crise migratoire serait trouvée, car son absence pourrait aboutir à la «fin de Schengen».

En visite à Berlin, Giuseppe Conte en a profité pour prévenir Angela Merkel des conséquences désastreuses de la politique migratoire incohérente des pays de l'UE pour l'espace Schengen.

«Nous avons besoin de solutions européennes, sans quoi les initiatives bilatérales [entre Etats] signifieront la fin de Schengen», écrit le quotidien italien La Repubblica en citant le Premier ministre. «Nos frontières sont aussi celles de l'Europe: l'Italie ne peut pas continuer à agir toute seule», a encore martelé le chef du gouvernement italien. Et d'ajouter: «L'Italie est l'un des pays qui reçoit le plus de réfugiés, étant le premier pays d'arrivée».

La chancelière allemande a pour sa part espéré que l'Italie serait disposée au dialogue dans ce domaine: «Nous voulons soutenir l'Italie dans son appel à la solidarité et espérons que l'Allemagne sera également accueillie avec compréhension en matière de solidarité en Europe sur les questions migratoires, […] nous voulons étroitement travailler ensemble», a déclaré Mme Merkel.

Le ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer, a donné lundi à Merkel deux semaines pour trouver une solution européenne pour mettre fin à l'afflux de migrants dans le pays, sinon il ordonnera à la police aux frontières de renvoyer les demandeurs d'asile. Angela Merkel a accepté ce délai et a déclaré que son parti soutenait l'initiative de la CSU.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
Espace Schengen, visite, migrants, Giuseppe Conte, Angela Merkel, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook